Une équipe de secouristes syriens, communément appelés les «casques blancs» transportant un corps des décombres

«Casque blanc» syrien tué par des tirs d'artillerie

Une équipe de secouristes syriens présentés dans un documentaire primé aux Oscars a annoncé que l'un de ses bénévoles avait été tué par des tirs de l'artillerie gouvernementale à Homs, mardi, alors que les forces du gouvernement syrien se trouvaient aux portes de la ville antique de Palmyre.
La Défense civile syrienne, dont les membres sont communément appelés les «casques blancs», est en vedette dans un documentaire de Netflix qui a remporté un Oscar, dimanche. Le groupe a annoncé que l'un de ses secouristes, Muhammad Dabdoub, était mort en service après avoir été atteint par des tirs d'artillerie à Homs, la troisième ville de Syrie. Il s'agit de la 164e victime chez les casques blancs depuis le début de la guerre civile.
M. Dabdoub travaillait dans le quartier Al-Waet, le dernier bastion contrôlé par l'opposition à Homs. Le quartier est assiégé par les forces du régime et il est exposé aux bombardements quotidiennement, malgré un accord de cessez-le-feu censé faciliter les pourparlers entre le gouvernement et l'opposition à Genève. Le groupe de surveillance américain Siege Watch estime que 75 000 personnes sont prises au piège dans ce quartier.
Les forces gouvernementales et leurs alliés du groupe chiite libanais Hezbollah ont atteint le sud de Palmyre, à environ cinq kilomètres des célèbres ruines romaines de la ville. Des militants sur place rapportaient de multiples frappes aériennes, mardi matin. L'Observatoire syrien des droits de la personne, à Londres, et les médias du Hezbollah témoignaient eux aussi de progrès contre les djihadistes.
Il s'agit de la deuxième offensive contre Daech à Palmyre cette année. Le gouvernement y a perdu le contrôle en décembre, moins d'un an après avoir repris la ville à Daech avec l'aide de l'armée russe.