Depuis que Donald Trump a annoncé début juin le retrait des États-Unis de l'accord de Paris sur le climat, l'ex-maire de New York et philanthrope Michael Bloomberg a multiplié les initiatives pour pousser les villes et les entreprises américaines à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre.

Bloomberg offre 200 M$ aux villes américaines les plus innovantes

L'ex-maire de New York et philanthrope Michael Bloomberg a annoncé lundi un plan pour injecter 200 millions de dollars dans les villes américaines les plus inventives, qu'il juge aujourd'hui beaucoup plus à même de faire progresser les États-Unis que Washington.
«Nous sommes dans une ère politique marquée par la paralysie partisane, et c'est à Washington que c'est le pire. Plus qu'à n'importe quelle époque moderne, notre capitale est incapable de relever les grands défis auxquels nous sommes confrontés», a fait valoir le milliardaire, 10e fortune mondiale, dans un discours devant une conférence de maires américains en Floride.
«Mais la bonne nouvelle est qu'alors que Washington dysfonctionne de plus en plus, les villes deviennent plus dynamiques, et les maires plus puissants et plus importants. Choisissez un problème, n'importe lequel, et les maires des deux camps mènent la barque là où Washington ne bouge pas», a poursuivi Bloomberg, qui caressa un temps l'idée de se présenter à la présidentielle de 2016 comme indépendant, avant de renoncer.
Pour stimuler les villes les plus dynamiques, l'homme d'affaires de 75 ans a dévoilé une «Initiative pour les villes américaines» (American Cities Initiative).
Les 200 millions de dollars à allouer sur trois ans devront permettre à la fois de conseiller les maires et de les aider à résoudre des problèmes dans des domaines-clé comme l'éducation, le changement climatique et la santé publique - trois causes chères au fondateur du géant de l'information boursière.
L'attribution de cet argent se fera en partie par concours, a-t-il expliqué : les villes de plus de 30 000 habitants sont appelées à déposer des projets auprès de sa fondation, et dès l'an prochain, «les 5 idées les plus prometteuses» se verront allouer un total de 9 millions de dollars.
L'un des critères de sélection sera la possibilité d'appliquer les idées retenues à d'autres villes - permettant à un maximum d'Américains d'en profiter.
Depuis que Donald Trump a annoncé début juin le retrait des États-Unis de l'accord de Paris sur le climat, Bloomberg a multiplié les initiatives pour pousser les villes et les entreprises américaines à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre.
Il a pris la tête d'une coalition de plus de 1000 entreprises, organisations et autorités locales américaines décidées à redoubler d'efforts, et a fait une tournée européenne pour rassurer les Européens de leur capacité collective à tenir les engagements qui avaient été pris par les États-Unis.