Le président américain, Barack Obama

Baton Rouge, «un acte de lâches» selon Obama

La mort de trois policiers abattus dimanche à Baton Rouge est «un acte de lâches», a affirmé le président américain Barack Obama, pour qui «rien ne peut justifier la violence contre la police».
Le président américain a reconnu que l'on ne savait pas pourquoi les policiers avaient été abattus, mais il rappelle dans son message la mort de cinq agents de Dallas assassinés le 7 juillet par un ancien combattant qui voulait venger les Noirs tués par la police.
«Pour la deuxième fois en deux semaines, des agents de police, qui mettent leur vie en danger tous les jours pour protéger la nôtre, ont été tués lâchement alors qu'ils faisaient leur travail», a souligné le président dans un communiqué publié par la Maison-Blanche.
«Ces attaques sur des fonctionnaires, contre l'État de droit et une société civilisée, doivent cesser», a-t-il ajouté.
Il a offert les moyens de l'État fédéral aux autorités de Louisiane et promis que «justice sera faite».
Trois policiers ont été tués et trois blessés dimanche lors d'une fusillade à Baton Rouge, en Louisiane, selon le shérif local.
L'un des tireurs est mort, et deux autres «pourraient être en fuite», selon un communiqué du bureau du shérif.
Ce drame se produit dans un contexte de très fortes tensions raciales dans la capitale de Louisiane, qui a été le théâtre de nombreuses manifestations contre les violences policières.