Le meurtre d'un Noir abattu par un policier à Charlotte, le 20 septembre dernier avait conduit à de violentes manifestations, obligeant le gouverneur de Caroline du Nord à déclarer l'état d'urgence.

Aucune poursuite contre le policier qui a abattu un Noir à Charlotte

Le policier qui avait abattu en septembre à Charlotte, en Caroline du Nord, un fait divers qui avait engendré plusieurs nuits de manifestations, ne fera l'objet d'aucune poursuite, car son action était «conforme à la loi», a annoncé mercredi le procureur local.
Le 20 septembre dernier, Keith Lamont Scott, âgé de 43 ans, roule un joint de cannabis dans sa voiture stationnée devant chez lui, lorsque deux policiers qui passent par là pour une autre affaire l'aperçoivent.
Parmi les agents de police, Brentley Vinson, lui aussi Noir, a tiré à quatre reprises sur la victime, a précisé en conférence de presse le procureur du comté de Meck­lenburg, Andrew Murray.
Violentes manifestations
Ce nouveau meurtre d'un Noir abattu par un policier conduit à de violentes manifestations, obligeant le gouverneur de Caroline du Nord à déclarer l'état d'urgence.
La publication par la police d'images vidéo de l'incident répond à l'incompréhension, mais entretient le flou sur une question cruciale : était-il nécessaire d'abattre Keith Lamont Scott, qui ne semblait pas menaçant et n'apparaissait pas clairement armé?
Ce dernier portait sur lui une arme ainsi qu'un holster et les images montrent les demandes répétées de la police pour qu'il lâche son arme, a assuré le procureur. «Scott n'a pas obéi aux ordres, a agi de façon aberrante, est sorti de son véhicule arme au poing, n'a pas couru, n'a pas lâché son arme, pas laissé son arme dans la voiture, mais reculé, s'adressant aux policiers», a énuméré Andrew Murray.
«Je suis pleinement satisfait et entièrement convaincu que l'utilisation de la force létale par l'officier Vinson était conforme à la loi», a jugé M. Murray, pour justifier l'absence de poursuites.
L'un des avocats de la famille de Keith Lamont Scott, Eduardo Curry, a expliqué que les conseils allaient repasser en revue tout le dossier, afin de «mener une enquête minutieuse» sur l'investigation policière elle-même.  
La famille, ajoute-t-il, est «toujours effondrée par cette perte».