Des enfants reçoivent des traitements après une attaque chimique survenue dans le fief rebelle et djihadiste de Khan Cheikoun, le 4 avril, dans le nord-ouest de la Syrie.

Attaque chimique: les États-Unis décrètent 271 sanctions contre la Syrie

Les États-Unis ont décrété 271 sanctions en réponse à l'usage allégué d'armes chimiques par le président syrien Bachar el-Assad. Ces sanctions sont parmi les plus imposantes de l'histoire des États-Unis.
L'administration Trump a indiqué lundi avoir décrété des sanctions contre 271 employés du centre de recherches et d'études scientifiques en Syrie, l'agence du gouvernement syrien responsable de la production d'armes non conventionnelles.
Ces mesures ont été annoncées par communiqué par le département du Trésor, et le secrétaire au Trésor, Steve Mnuchin, a simultanément informé les médias à la Maison-Blanche.
Les États-Unis interviennent ainsi contre l'usage allégué d'armes chimiques par le régime de Bachar el-Assad, la plus récente attaque ayant eu lieu dans la ville d'Idlib, contrôlée par les rebelles, en entraînant la mort de plus de 80 civils.
Plus tôt ce mois-ci, les États-Unis avaient répliqué en lançant des missiles sur une base aérienne d'où seraient partis des avions du régime de Bachar el-Assad pour perpétrer l'attaque.
Les États-Unis ont graduellement élargi leur programme de sanctions contre la Syrie depuis 2004, alors que Washington était intervenu contre le pays en lien avec son soutien allégué au terrorisme, de même que l'occupation au Liban, les efforts pour nuire à la stabilité en Irak et les mesures pour se doter d'armes de destruction massive.