Pour la gauche radicale, ce sera avant tout le vote blanc ou l'abstention. Seuls 35 % d'entre eux veulent voter pour Emmanuel Macron, opposé au second tour du scrutin dimanche à la candidate d'extrême droite Marine Le Pen.

Appels tous azimuts à voter Macron

Face à l'abstention susceptible de favoriser l'extrême droite dimanche au deuxième tour de la présidentielle, les appels à soutenir le centriste Emmanuel Macron se sont multipliés mardi, à la veille d'un duel télévisé crucial avec sa rivale Marine Le Pen.
Artistes, politiques, patrons, scientifiques, grands médias : à cinq jours de ce vote décisif, tribunes et pétitions en faveur du jeune candidat s'enchaînent pour faire barrage à la candidate du Front National (FN), contre laquelle Emmanuel Macron a promis un «corps-à-corps» au débat de mercredi.
Les sondages donnent actuellement l'avantage à M. Macron avec 60 % des intentions de vote, mais l'écart avec Mme Le Pen semble se resserrer. L'abstention oscillerait entre 22 et 28 % dimanche, et beaucoup craignent qu'elle ne profite à l'extrême droite.
Les militants du mouvement de gauche radicale dirigé par Jean-Luc Mélenchon ont opté aux deux tiers pour le vote blanc ou l'abstention, seuls 35 % d'entre eux s'étant prononcés pour un vote Macron dans une consultation interne qui ne proposait pas le choix du vote Le Pen.
Éliminé au premier tour avec 19,58 % des voix, leur candidat a certes clairement pris position contre Marine Le Pen, qui cherche à séduire une partie de son électorat hostile au capitalisme. Mais il refuse de soutenir explicitement Emmanuel Macron, dont il rejette le programme social-libéral.
Bloquer Marine Le Pen
Une des références de la gauche radicale en Europe, l'ex-ministre grec des Finances Yanis Varoufakis, a rappelé son camp à l'ordre mardi en exhortant à voter pour Emmanuel Macron : «je refuse de faire partie d'une génération de progressistes européens qui auraient pu empêcher Marine Le Pen de gagner la présidence française, mais ne l'ont pas fait».
En France, les artistes donnent également de la voix pour faire barrage à la candidate anti-immigration et anti-euro. Parmi eux, les cinéastes Mathieu Kassovitz et Luc Besson, le directeur du célèbre festival d'Avignon, Olivier Py, ou encore le prix Nobel de littérature Jean-Marie Gustave Le Clézio.