Selon le<em> Sunday Times</em>, le gouvernement se prépare à imposer un confinement «d’ici les prochains jours» dans la ville de Leicester, située dans les Midlands et qui compte quelque 342 000 habitants.
Selon le<em> Sunday Times</em>, le gouvernement se prépare à imposer un confinement «d’ici les prochains jours» dans la ville de Leicester, située dans les Midlands et qui compte quelque 342 000 habitants.

Angleterre: Leicester risque un confinement

Agence France-Presse
LONDRES — Leicester, en Angleterre, risque de devenir la première ville à se voir imposer des mesures de restriction en raison d’une recrudescence locale de cas de nouveau coronavirus, a confirmé la ministre de l’Intérieur britannique dimanche, quelques jours avant une étape majeure du déconfinement en Angleterre.

Après avoir été très critiqué sur sa gestion de la pandémie de coronavirus, qui a fait plus de 43 000 morts au Royaume-Uni, devenu ainsi le pays le plus touché d’Europe, le premier ministre Boris Johnson a la mission délicate de réussir le déconfinement, dont la prochaine grande étape est attendue samedi prochain.

Selon le Sunday Times, le gouvernement se prépare à imposer un confinement «d’ici les prochains jours» dans la ville de Leicester, située dans les Midlands et qui compte quelque 342 000 habitants.

Près de 2500 cas de nouveau coronavirus ont été confirmés à Leicester depuis le début de la pandémie, dont 658 cas les deux semaines précédant le 16 juin, selon les chiffres des autorités de santé, Public Health England.

Le Sunday Times lie cette récente augmentation des cas à une épidémie dans des usines de production alimentaire et à de grands rassemblements aux abords de restaurants proposant de la vente à emporter.

Interrogée par la BBC, la ministre de l’Intérieur, Priti Patel, a dit qu’il était «exact» que le gouvernement envisageait des mesures locales de confinement.

«Il y aura un soutien apporté à Leicester et le ministre de la Santé a été en contact avec beaucoup d’entre nous au cours de la fin de semaine pour expliquer certaines des mesures», a-t-elle expliqué.

Quatre sites de dépistages ont été mis en place et des milliers de kits de dépistage à domicile ont été mis à disposition, a précisé un porte-parole du ministère de la Santé.

La prochaine étape, majeure, du déconfinement en Angleterre est la réouverture samedi des pubs, restaurants, coiffeurs, musées et cinémas, fermés depuis fin mars. Les magasins «non essentiels» ont déjà rouvert mi-juin.

Mais de nombreuses voix se sont alarmées du risque d’une deuxième vague de contaminations, dont des représentants du monde médical qui ont averti que «des foyers locaux sont de plus en plus probables», dans une lettre ouverte dans la revue spécialisée British Medical Journal publiée mercredi.

Ces derniers jours, des rassemblements défiant les consignes de distanciation sociale ont inquiété les autorités, comme à Londres, lors de fêtes de rue illégales, à Liverpool, où plusieurs milliers de personnes ont célébré dans le centre-ville le titre de champion d’Angleterre des Reds, ou sur le littoral, où certaines plages se sont retrouvées bondées.

En annonçant progressivement le déconfinement, le gouvernement avait prévenu qu’il pourrait mettre en place des mesures de restriction localement, en fonction de la situation.

«Pour des flambées de cas locales, il est approprié d’avoir des solutions locales en termes de contrôle des infections, de distanciation sociale, de dépistages et de nombreux outils», a déclaré dimanche Priti Patel.

+

BORIS JOHNSON ANNONCERA UN GRAND PLAN DE RELANCE ÉCONOMIQUE 

Mardi, le premier ministre britannique Boris Johnson dévoilera un vaste plan de relance, fondé sur la construction d’infrastructures, pour soutenir l’économie britannique, durement affectée par l’épidémie de nouveau coronavirus.

D’un autre côté, le premier ministre britannique Boris Johnson dévoilera un vaste plan de relance, fondé sur la construction d’infrastructures, pour soutenir l’économie britannique, durement affectée par l’épidémie de nouveau coronavirus. Le dirigeant doit présenter ce programme dans un discours mardi, ont rapporté des médias.

Il comprend notamment un plan de reconstruction d’écoles. Doté de un milliard de livres (1,7 milliard $), ce programme de reconstruction débutera en 2020-2021 et portera d’abord sur 50 projets, ont annoncé ses services dimanche.

«Alors que nous nous remettons de la pandémie, il est important que nous jetions les bases d’un pays où chacun a la possibilité de réussir, avec nos jeunes générations au cœur de cette mission», a déclaré le premier ministre, cité dans un communiqué.

Après avoir été très critiqué sur sa gestion de la pandémie de coronavirus, qui a fait plus de 43 000 morts au Royaume-Uni, ce qui en fait le pays le plus touché d’Europe, Boris Johnson a pour tache de réussir le déconfinement et de relancer l’économie.

Le confinement strict imposé tout le mois d’avril s’est traduit par un effondrement de 20,4 % du produit intérieur brut (PIB) britannique, un record historique. Sans aide supplémentaire de l’État, le taux de chômage pourrait atteindre des niveaux jamais vus depuis les années 1980, dépassant le pic de 3,3 millions enregistré en 1984, a rapporté dimanche The Observer, citant une analyse de la Bibliothèque de la Chambre des communes.

«Cela a été un énorme, énorme choc pour le pays, mais nous allons très bien rebondir», a affirmé Boris Johnson dans une entrevue au Daily Mail dimanche. «Si la COVID-19 était un éclair, nous n’allons pas tarder à entendre le tonnerre en termes de conséquences économiques. Nous serons prêts», a-t-il assuré.

Le pays «ne reviendra absolument pas à l’austérité comme il y a 10 ans», sous le gouvernement du conservateur David Cameron, a-t-il assuré au tabloïd.

Critiqué sur sa gestion de la crise, Boris Johnson a perdu en popularité. Les Britanniques estiment que le chef du Labour, Keir Starmer, ferait un meilleur chef de gouvernement, selon un sondage Opinium publié samedi. 37 % des sondés pensent qu’il ferait mieux que Boris Johnson, tandis que 35 % estiment que Boris Johnson est la meilleure option.

Interviewée dimanche sur Sky News, la ministre de l’Intérieur, Priti Patel, a affirmé que le gouvernement était déterminé à «faire redémarrer le Royaume-Uni».  AFP