Joaquin «El Chapo» Guzman, en 2014

Amnistie s'inquiète des conditions de détention d'El Chapo

L'organisation Amnistie Internationale a fait une demande pour pouvoir s'entretenir avec le narcotrafiquant mexicain Joaquin Guzman, dit El Chapo, dont elle s'inquiète des conditions de détention, «inutilement dures» selon les éléments recueillis.
Les avocats du suspect, actuellement en détention provisoire à Manhattan, ont déjà alerté le juge chargé de l'affaire sur cette situation, caractérisée notamment par son placement à l'isolement 23 heures sur 24 heures la semaine et en continu la fin de semaine.
Mais les services du procureur fédéral de Brooklyn ont balayé ces inquiétudes, citant l'un de ses avocats mexicains qui avait déclaré publiquement que le traitement carcéral d'El Chapo était «bien meilleur» aux États-Unis qu'au Mexique, où il était emprisonné avant son extradition le 19 janvier.
Dans sa lettre au procureur, datée de mardi, Amnesty International dit comprendre que les autorités soient «dans l'obligation» de prendre les mesures de sécurité adéquates, mais que celles imposées actuellement à Joaquin Guzman «semblent inutilement dures et contrevenir aux normes internationales pour le traitement humain» des prisonniers.
L'organisation, par la voix du directeur adjoint de la recherche d'Amnistie USA, Justin Mazzola, évoque notamment des problèmes respiratoires et des maux de gorge, ainsi que le fait qu'il n'est jamais exposé à la lumière naturelle, selon la lettre consultée jeudi par l'AFP.
Amnistie assure également qu'El Chapo n'a pu ni appeler ni voir son épouse depuis son extradition.
L'organisation demande donc l'autorisation d'effectuer une visite de son lieu de détention pour observer les conditions d'emprisonnement de Joaquin Guzman, ainsi qu'un entretien avec le prisonnier.
El Chapo est détenu dans un établissement fédéral de Manhattan, le Metropolitan Correctional Center, considéré comme l'un des plus sûrs des États-Unis.
Alors qu'il était emprisonné au Mexique, Joaquin Guzman s'est évadé par deux fois, en 2001 et 2015, avant d'être repris à chaque fois.
Il est accusé d'avoir dirigé le cartel de Sinaloa, le plus puissant du Mexique, qui a acheminé aux États-Unis plusieurs milliers de tonnes de drogue colombienne, sur une période de près de 25 ans.
Les enquêteurs américains estiment à 14 milliards $ les revenus dégagés par ces activités.