Le président américain Donald Trump a accueilli lundi à la Maison-Blanche Simon Pagenaud, premier Français à remporter les prestigieux 500 miles d'Indianapolis depuis 1920.

Accord sur l’immigration: Trump laisse planer la menace sur Mexico

MEXICO — Le Mexique, sur lequel le président américain Donald Trump laisse planer la menace de taxes douanières, a reconnu lundi que l’accord sur l’immigration conclu avec Washington pourrait être révisé d’ici 45 jours sur la question du droit d’asile si l’afflux de clandestins vers les États-Unis ne se tarissait pas.

À l’issue de plusieurs jours de négociations, Washington et Mexico sont parvenus vendredi à un accord sur l’immigration, évitant ainsi l’application dès lundi de droits de douane sur l’ensemble des produits mexicains importés aux États-Unis.

Le Mexique s’est notamment engagé à renforcer les contrôles à sa frontière avec le Guatemala, dans le sud du pays, et à accélérer le retour des migrants d’Amérique centrale vers leur pays, dans l’attente que soient traitées leurs demandes d’asile aux États-Unis.

Mais, trois jours après la conclusion de l’accord, le président américain a renouvelé lundi sa menace d’appliquer des droits de douane si le Congrès mexicain n’en approuvait pas une clause secrète, dont il n’a pas précisé la teneur.

«N’anticipons pas un problème avec le vote, mais si pour une raison quelconque cela n’est pas approuvé, les droits de douane seront rétablis», a tweeté M. Trump.

«Je ne pense pas qu’ils [les Mexicains] vont la rejeter très longtemps», a-t-il insisté depuis la Maison-Blanche, après avoir déclaré sur la chaîne CNBC que cette clause secrète était «un outil très puissant» aux mains des États-Unis.

Le milliardaire entendait ainsi répondre aux critiques du New York Times, qui a révélé vendredi que la plupart des mesures annoncées par le Mexique dans l’accord avaient déjà été convenues lors de négociations antérieures.

«Modèle de diplomatie»

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a salué de son côté «le plus gros engagement en date» des Mexicains pour la lutte contre l’immigration clandestine. «Nous travaillerons étroitement avec eux pour nous assurer qu’il soit couronné de succès», a-t-il ajouté, qualifiant la pression mise par Donald Trump sur le Mexique de «modèle de diplomatie».

Le ministre mexicain des Affaires étrangères a fait savoir que Mexico avait refusé que les migrants présents sur le territoire mexicain et souhaitant demander l’asile aux États-Unis le fassent depuis le Mexique.