À 8h46, il y a 15 ans, New York frappée par l'horreur

Plusieurs milliers de personnes ont assisté à une cérémonie pour commémorer les événements du 11 septembre, dimanche matin, à Ground Zero, à New York, là où les tours du World Trade Center avaient été touchées en plein coeur il y a maintenant 15 ans.
Une minute de silence a été observée alors que des cloches ont résonné à 8h46 - l'heure précise où le premier avion dérouté par des terroristes avait heurté la tour nord.
Après le moment de silence, des proches des victimes ont commencé à lire les noms des quelque 3000 victimes des attentats, survenus au World Trade Center, au Pentagone et en Pennsylvanie. Il s'agit de la pire attaque terroriste perpétrée en sol américain.
Les Américains ont l'habitude de souligner chaque année l'anniversaire tragique, mais les organisateurs avaient prévu des activités supplémentaires pour la cérémonie du 15e anniversaire, qui a duré près de quatre heures.
James Johnson, un policier new-yorkais à la retraite, est revenu pour la première fois sur le site du World Trade Center depuis le début de l'année 2002.
«J'ai des sentiments mitigés, mais je suis encore hébété. Je crois que tout le monde a besoin de tourner la page et c'est le moment pour moi de tourner la page», a-t-il soutenu.
Des cérémonies se sont aussi déroulées à Washington, en présence du président Barack Obama. À Shanksville en Pennsylvanie, où s'était écrasé un autre avion dérouté par des terroristes, environ 1000 personnes se sont réunies pour assister à la lecture des noms des 40 victimes.
La commémoration survient en pleine campagne électorale, mais les deux candidats à la présidence ont convenu de faire trêve de partisanerie, dimanche.
La démocrate Hillary Clinton - qui était sénatrice de l'État lors des attentats - et son rival républicain Donald Trump étaient présents à New York, mais aucun des deux n'a parlé en public. Les candidats ont aussi décidé de ne pas diffuser de publicités électorales pendant la journée.
Les proches des victimes ont dit...
«Ça ne devient pas plus facile. Le deuil ne disparaît jamais. Tu n'avances pas - ça reste toujours avec toi» - Tom Acquaviva, qui a perdu son fils, Paul.
«On croit que certaines choses nous divisent, mais ce n'est vraiment pas le cas. Nous faisons tous partie de cette Terre dans ce vaste univers. Nous sommes tous ordinaires et nous sommes tous spéciaux, nous sommes tous connectés. Nous perdons du temps à penser autrement» - Granvilette Kestenbaum, veuve de Howard Kenstenbaum.
«Parfois, les mauvaises choses dans nos vies nous amènent sur le chemin que nous devrions parcourir - pour aider les autres comme d'autres m'ont aidé» - Jerry D'Amadeo, qui avait 10 ans quand il a perdu son père, Vincent Gerard D'Amadeo.
«Je vais venir [à ces cérémonies] aussi longtemps que je marcherai et respirerai. Je crois que son esprit, ou du moins une partie de son esprit est ici. Je dois penser de cette façon» - Cathy Cava, dont la soeur Grace Susca Galanta est décédée en 2001.