La ville de Raqqa, en Syrie, deux jours après l'opération militaire des forces syriennes pour expulser l'État islamique, en octobre dernier.

48 membres présumés de l’EI, dont 31 étrangers, arrêtés à Istanbul et Ankara

Quarante-huit membres présumés de l’organisation État islamique (EI), dont 31 étrangers, soupçonnés de préparer une attaque, ont été arrêtés lors de raids des forces de l’ordre à Istanbul et Ankara, a annoncé samedi l’agence gouvernementale turque Anadolu.

Les 31 ressortissants étrangers, dont les nationalités n’ont pas été précisées, ont été arrêtés par la police lors de raids dans trois districts d’Istanbul. Elle les soupçonne d’avoir planifié une attaque, selon l’agence.

Dix-sept autres personnes ont été incarcérées à Ankara et sont soupçonnées d’être liées à l’organisation de l’État islamique. Là aussi, les personnes arrêtées auraient préparé une attaque, a poursuivi Anadolu, sans indiquer à quelles dates avaient eu lieu les raids.

La Turquie a subi plusieurs attaques terroristes en 2015 et 2016, ainsi qu’en 2017, attribuées à l’EI et à des militants kurdes, faisant des centaines de victimes.

La dernière attaque revendiquée par l’EI remonte à janvier 2017, date à laquelle un tireur avait tué 39 personnes dans un night club huppé d’Istanbul lors de la soirée du réveillon.

Les descentes de la police turque contre des membres présumés de l’EI sont fréquentes dans le pays. Six Irakiens soupçonnés d’en faire partie ont été arrêtés mercredi dans la province de Samsun, dans le nord du pays.

1354 personnes soupçonnées d’appartenir à l’EI ont été mises en détention provisoire ou condamnées en Turquie, a précisé samedi le ministre de la Justice, Abdulhamit Gul.