Le kamikaze a foncé avec sa voiture remplie d'explosifs sur un minibus qui transportait des employés du ministère des Mines et du Pétrole.

24 morts dans un attentat en Afghanistan

Un kamikaze taliban a tué 24 personnes, lundi, lors d'une attaque perpétrée en matinée, à Kaboul, dans un quartier habité par des politiciens importants, poussant les résidants et des analystes à remettre en question la capacité des forces afghanes à protéger la capitale du pays.
En plus des victimes, 42 personnes ont été blessées dans l'attaque survenue pendant l'heure de pointe matinale, alors que les fonctionnaires et les élèves se dirigeaient vers les bureaux et les écoles.
Des étudiants qui étaient dans les dortoirs environnants ont été blessés par les éclats de verre, plusieurs voitures ont été détruites et de petits commerces ont été décimés.
Le kamikaze a foncé avec sa voiture remplie d'explosifs sur un minibus qui transportait des employés du ministère des Mines et du Pétrole, selon le porte-parole de la police de Kaboul, Basir Mujahed.
Dans une déclaration transmise aux médias, les talibans ont revendiqué la responsabilité de l'attentat, affirmant qu'ils ciblaient les employés des services de renseignement. Les insurgés ont surveillé les employés pendant les deux derniers mois avant de les attaquer, a précisé le porte-parole des talibans, Zabihullah Mujahid.
Selon un analyste, la corruption répandue au gouvernement et dans les forces policières entrave leur mission de sécuriser la ville.
«On peut amener n'importe quelle quantité d'explosifs dans la ville si on a de l'argent. La corruption est le gros problème», a avancé l'analyste en matière de sécurité Waheed Muzhda.
«Tout groupe, même petit, peut amener des armes, des munitions partout dans la ville», a-t-il ajouté en entrevue téléphonique.
L'année dernière, l'Afghanistan était classé parmi les pays les plus corrompus du monde, selon l'organisation Transparency International.