Un mouvement a été lancé samedi en soutien à la députée de Taschereau, Catherine Dorion

#MonCotonOuatéMonChoix, un mouvement de soutien à Catherine Dorion

Après les critiques, vient le soutien. Deux femmes ont lancé l’événement «Mon coton ouaté mon choix» samedi afin de soutenir la députée solidaire Catherine Dorion dans ses choix vestimentaires.

«Le corps des femmes ne vous appartient pas. Le choix vestimentaire des femmes ne vous appartient pas. Coton ouaté, brassière, mini-jupe, voile, salopette. Ce n’est pas de vos affaires. On fait bien notre travail et on portera ce qu’on voudra», peut-on lire dans la description de l’événement Facebook.

Le 12 novembre, toutes les femmes sont invitées, en guise de solidarité, à se prendre en photo avec leur coton ouaté et à la partager sur les réseaux sociaux en y écrivant le mot-clic #MonCotonOuatéMonChoix. L’idée est une initiative d'Andréanne Pâquet et Willy Blomme.

Elles dénoncent fortement l’événement du 7 novembre, où Catherine Dorion s’est fait refuser l’entrée au Salon bleu de l’Assemblée nationale en raison de sa tenue.

«Depuis ses premiers jours en tant que députée, Catherine Dorion se fait attaquer pour ses choix vestimentaires — par les médias, les commentaires sur les réseaux sociaux, par ses collègues et même par la vice-présidente de l’assemblée. Cet emportement à son endroit est virulent, agressif et frôle l’intimidation», écrivent-elles aussi. 

Les deux femmes soutiennent qu’il devient trop commun pour les Québécoises de se faire juger selon leurs vêtements. Elles font entre autres référence aux critiques vestimentaires qu’a reçues Safia Nolin après son passage à l’ADISQ. Pendant que Loud, avec un accoutrement similaire, n’avait pas fait autant jaser. 

Catherine Dorion, la principale intéressée, a rapidement réagi à la création de l’événement sur sa page Facebook. «Je finis pus d’être touchée aujourd’hui par vos messages d’encouragement. Et là, ça», a écrit la députée de Taschereau, visiblement émue par le geste.

Sur la page Facebook de l’événement, samedi soir, près de 960 personnes avaient indiqué participer, alors que plus de 1100 se disaient intéressés.