Il y aura moins d’examens de mi-session en classe que prévus au Cégep Garneau.
Il y aura moins d’examens de mi-session en classe que prévus au Cégep Garneau.

Moins d’examens de mi-session en classe que prévus au Cégep Garneau

Émilie Pelletier
Émilie Pelletier
Le Soleil
Devant l’«inquiétude» de certains étudiants, le Cégep Garneau se rétracte. Si au début de la session la direction avait pris la décision de favoriser l’enseignement en classe, la période d’examens prévue dès le 13 octobre se déroulera finalement surtout à distance.

La direction de l’établissement d’enseignement supérieur en a fait l’annonce samedi dans un communiqué.  

«Lors de la préparation pour la session d’automne, le Cégep Garneau avait pris le parti de favoriser le plus possible les activités d’enseignement sur le campus […] Cette décision se justifiait entre autres par la nécessité de maintenir la motivation et la persévérance scolaire chez les étudiants, offrir des conditions d’apprentissage plus stimulantes, donner accès à un milieu de vie propice à une socialisation authentique et humaine, limiter le recours au plagiat», explique-t-on.  

Avec le passage en zone rouge de la région de la Capitale-Nationale, l’administration du Cégep Garneau s’est ravisée. En procédant à des «réaménagements significatifs» pour la période d’évaluation de mi-session, on espère «rassurer les étudiants».  

Pétition 

À ce sujet, une pétition qui a recueilli au-delà de 800 signatures avait été lancée plus tôt au mois d’octobre pour inciter le Cégep Garneau à «abandonner ses examens en présentiel pour protéger la santé publique».  

La direction avait pris la décision de favoriser l’enseignement en classe au début de la session d'automne, mais la période d’examens prévue dès le 13 octobre se déroulera finalement surtout à distance.

«Alors que la région de la Capitale-Nationale est en zone d'alerte maximale avec le nombre de cas par 100 000 habitants le plus élevé au Québec, cette décision [de poursuivre la session d’examens en présentiel] nous semble aller à l'encontre de la logique de santé publique actuelle qui consiste à réduire les contacts au minimum. Pour la plupart d'entre nous, il faudrait maintenant... augmenter nos contacts? C'est totalement incohérent et dangereux», pouvait-on lire.  

«Nous sommes en cours à distance pour une raison et selon nous, les problèmes de plagiat aux examens en ligne sont un moindre mal lorsque l’alternative est de potentiellement créer de nouveaux vecteurs de transmission», soulevait l’étudiant derrière la pétition, Jérémy Laplante.  

Depuis, le Cégep a demandé à ses professeurs de procéder à une transition vers des évaluations à distance, avec pour objectif de «limiter encore davantage la présence et la circulation des personnes dans l’établissement tout au long de la période d’évaluation».  

Ainsi, avec une moyenne de 23 étudiants dans l’une ou l’autre des 63 classes utilisées et un maximum de 50 dans le gymnase double du Centre sportif (capacité de 200), la direction estime que les étudiants présents au même moment pendant cette période d’examens seront moins nombreux qu’à chaque jour, à la session d’automne. 

Toutefois, certains examens dont les compétences sont «impossibles ou trop difficiles à évaluer à distance» se dérouleront toujours en présentiel, indique le cégep.