Les places subventionnées des services de garde en milieu scolaire sont devenues généralement beaucoup plus coûteuses pour les parents que les places non subventionnées.

Modulation des tarifs de garde: le gouvernement a tranché

Les parents du Québec devraient être fixés au cours des prochaines heures sur ce que coûteront les services de garde subventionnés que fréquentent leurs enfants.
Après des mois de réflexion, le gouvernement de Philippe Couillard a tranché.
À moins d'un revirement de dernière minute, c'est jeudi que la ministre de la Famille, Francine Charbonneau, dévoilera les détails de la modulation à venir des tarifs. Ils seront en vigueur à partir de l'an prochain.
Les tarifs des centres de la petite enfance et des autres services de garde subventionnés s'échelonneront de 7,30 $ à 20 $ par jour. Ils seront fonction des revenus des parents.
Bataille politique
Cette possibilité ne figurait pas dans les engagements de campagne électorale du Parti libéral du Québec.
Elle a été évoquée pour la toute première fois dans le discours d'ouverture prononcé par le premier ministre Philippe Couillard le 21 mai, un mois et demi après le scrutin général.
«Nous poursuivrons le développement des services de garde en mettant les familles de la classe moyenne ou à bas revenu à l'abri d'un choc tarifaire», avait déclaré M. Couillard.
Quelques jours plus tard, le 26 mai, le chef du gouvernement se faisait plus explicite. Il reconnaissait que l'universalité était dans sa mire. «Personne ne s'objecterait du fait que quelqu'un qui a mon revenu ou des revenus plus élevés dans la société ait à payer des tarifs comme dix dollars par jour pour un enfant à la garderie», avait-il dit.
En campagne électorale, le chef libéral avait fustigé tout projet de «choc tarifaire». Il avait dénoncé l'intention du Parti québécois de faire passer les tarifs dans les milieux subventionnés de 7 $ à 9 $ pour tous.
«Trahison» à venir
Tous les partis d'opposition représentés à l'Assemblée nationale déplorent depuis des semaines la «trahison» à venir. C'est ainsi qu'ils qualifient les hausses projetées. Ils affirment qu'il s'agit d'une attaque contre la classe moyenne.
La facture du système des services de garde s'élève à plus de 2,3 milliards $ par année. Le gouvernement Couillard fera valoir que la modulation des tarifs de garde en fonction du revenu familial permettra de consolider le réseau et d'ouvrir de nouvelles places subventionnées.