Le directeur du Paris Grill, Denis Bernard, explique qu’au début janvier, le restaurant sollicitera ses clients pour la campagne de sociofinancement dont l’objectif est de 10 000 $.

Mobilisation au Paris Grill pour aider la fille d’un employé décédé subitement

Un employé du Paris Grill, Jean Lefrançois, est décédé le 3 décembre d’un arrêt cardiaque en plein service. Secoués et attristés par ce décès subit, son employeur et ses collègues ont décidé de lancer une campagne de sociofinancement pour assurer les études postsecondaires de sa fille de 13 ans.

En pleine heure du dîner, Jean Lefrançois, 43 ans, chef d’équipe à la production depuis 14 ans au Paris Grill, s’est écroulé dans la cuisine. Malheureusement, malgré la présence d’un défibrillateur dans le complexe Jules-Dallaire et l’arrivée rapide des secours, rien n’a pu sauver le papa d’Amy.

«Très rapidement, le défibrillateur a été apporté dans la cuisine. On a commencé les gestes de réanimation cardiaque. Il y a des gens ici qui suivent des cours de secourisme», a expliqué le directeur du restaurant, Denis Bernard.

Selon M. Bernard, personne ne s’attendait à ce tragique incident. «Rien ne laissait présager que ça allait arriver, un lundi, à 13h, en plein service. C’est assez dramatique, mais c’est aussi dans ces moments-là qu’on voit la solidarité et la compassion des gens. L’équipe s’est soudée. L’esprit d’équipe a pris tout son sens», a-t-il mentionné.

Le restaurant étant plein au moment du drame, une partie des employés a continué le service pendant que les autres s’affairaient à essayer de sauver leur collègue. «Nous avons continué à opérer du mieux qu’on pouvait. Les clients ont vu les policiers et les ambulanciers arriver, mais ils ne se doutaient pas de ce qui se passait en cuisine», a-t-il raconté.

10 000 $ pour Amy

Très touchés par le triste incident, le groupe Restos Plaisirs ainsi que les employés du Paris Grill ont rapidement décidé de venir en aide à la famille et à la jeune Amy pour qu’elle puisse réaliser ses rêves malgré l’absence de son papa.

«C’était un employé modèle, un bon gars, un excellent professionnel, mais surtout un gars avec qui on avait plaisir à travailler. Il avait un humour incroyable, il était humain et c’était un bon vivant», a confié M. Bernard. «On s’est dit en tant qu’employeur et ami qu’on pouvait faire quelque chose pour soutenir la famille. Rapidement, on a mis en place une collecte de fonds destinée à Amy pour ses études postsecondaires», a-t-il poursuivi.

L’objectif est de 10 000 $. Au moment d’écrire ces lignes, le site de sociofinancement affichait une somme de 3750 $. Début janvier, le Paris Grill sollicitera ses clients et le groupe Restos Plaisirs doublera la somme lorsqu’un client fera un don.

«Jean [Lefrançois] travaille pour le groupe depuis 18 ans. Il a commencé au Cochon Dingue Champlain en 2000, il avait 25 ans. Puis, il a travaillé au Jaune Tomate avant de devenir le chef d’équipe à la production en 2004 au Paris Grill», a souligné le président de Restos Plaisirs, Pierre Moreau.

Pour faire un don, rendez-vous à : gofundme.com/pour-les-etudes-de-la-petite-amy