Ronald Henry Tooma à son arrivée au palais de justice de Sept-Îles

Meurtres à Sept-Îles: évaluation psychiatrique de l'accusé demandée

SEPT-ÎLES – La seconde comparution de Ronald Henry Tooma, accusé de meurtres au second degré sur une femme de 25 ans et une enfant de deux ans, aura été aussi brève que la première vendredi. La défense souhaite notamment demander une évaluation psychiatrique de son client et aussi un changement d’audition pour cette requête.

Me Jean-Luc Desmarais, qui représente l’accusé, va entre autres faire valoir que sa requête pour l’évaluation psychiatrique devrait être débattue devant un juge de la Cour du Québec plutôt que par la Cour supérieure. Vendredi, la comparution s’est faite devant une juge de la Cour du Québec.

La Couronne, représentée par Me Marc Bérubé, a laissé savoir pour sa part qu’elle estimait que la requête en question relevait plutôt de la juridiction de la Cour supérieure. La question sera débattue le 9 mai, toujours au palais de justice de Sept-Îles. Vendredi, la salle d’audience d’une cinquantaine de places était majoritairement occupée par des membres de la famille de l’accusé.

La défense a aussi réclamé une nouvelle ordonnance de non publication de tout fait relié à ce drame ou de toute information permettant l’identification des témoins dans cette affaire, ordonnance réclamée en vertu de l’article 517 du Code criminel. Aucun élément de preuve ne peut non plus être divulgué.

Rappelons que les événements conduisant à ces accusations de meurtre sont survenus lundi matin, dans un appartement d’un immeuble de la rue Brochu, à Sept-Îles. Les policiers avaient été appelés sur les lieux pour une altercation. Les victimes ont été conduites à l’hôpital de Sept-Îles à leur arrivée sur place, mais leurs décès ont été constatés plus tard en avant-midi.