Marylène Lévesque a été tuée dans une chambre d'hôtel à Sainte-Foy le 22 janvier par Eustachio Gallese.

Meurtre de Marylène Lévesque: une vigile contre les féminicides

Chantale Deschênes en 2004, Jaël Cantin à Mascouche, Astrid Declerk à Montréal et plus récemment, Marylène Lévesque; toutes tuées par un homme, souvent un conjoint ou un ex-conjoint. Et il y en a plusieurs autres. «Ça suffit. Pas une de plus!», dit le Regroupement des groupes de femmes de la Capitale-Nationale.

Une vigile contre les féminicides est organisée le 30 janvier à 18h, devant l'Assemblée nationale. La date marquera une semaine après le meurtre sordide de la jeune femme de 22 ans dans une chambre d’hôtel à Sainte-Foy. Marylène était originaire de Chicoutimi. 

LIRE AUSSI :

Meurtre dans un hôtel de Sainte-Foy: «Elle se pensait en sécurité»

Meurtre à Sainte-Foy: un conjoint jaloux et contrôlant

Le Regroupement organisera des prises de parole, des témoignages seront racontés et les revendications seront énoncées. 

«Le 6 décembre, nous dénoncions que 1128 femmes et enfants ont été assassinées par un conjoint ou un ex-conjoint au Québec depuis l’attentat antiféministe de la Polytechnique, il y a 30 ans. Ce chiffre augmente sans cesse. C’est en brisant le silence, en démontrant notre solidarité, en nous mobilisant et en exigeant du gouvernement des mesures concrètes et urgentes pour lutter contre toutes les formes de violence envers les femmes que nous pourrons faire cesser les féminicides», peut-on lire sur la page Facebook de l’événement

SOS Violence conjugale : www.sosviolenceconjugale.ca et 1 800 363-9010