William Alexandre (quatrième à partir de la gauche), ainsi que ses parents et ses amis, servent et desservent les tables et s’occupent des convives toute la journée.

Mettre la main à la pâte pour Deuil Jeunesse

Pour une cinquième année consécutive, William Alexandre Soucy et sa famille étaient très occupés samedi. Leur maison de Charlesbourg était momentanément transformée en un véritable petit restaurant où ils recevaient famille et amis toute la journée pour leur servir les pâtés confectionnés durant une corvée réalisée plus tôt cette année. Tout ça au profit de l’organisme Deuil Jeunesse, qui intervient auprès des enfants endeuillés et leur famille.

«Ça fait dix ans que je fais du bénévolat pour Deuil Jeunesse. J’en faisais avant d’y travailler!», explique d’entrée de jeu Kim Latour, la mère de William Alexandre. C’est en raison du bénévolat de sa mère, donc, que le jeune homme de quatrième secondaire a été sensibilisé dès son jeune âge à la mission de l’organisme fondé par Josée Masson en 2007.

«Une année, il avait amassé de l’argent et fait un don à l’organisme. Il s’était rendu sur place pour le remettre et il s’était aperçu que tous les enfants qui étaient présents étaient des enfants endeuillés. Ça l’a beaucoup ému et il était très reconnaissant d’avoir encore ses deux parents», poursuit la mère.

«Pour moi, c’est important de redonner à la communauté. C’est une valeur que j’ai apprise de ma mère et ça me réchauffe le coeur de faire du bien aux enfants qui sont en deuil», reprend William Alexandre, qui a eu l’idée de cette activité originale lorsqu’il était en sixième année du primaire. «Chaque année, ma famille fait une corvée de pâtés et je me suis dit que ce serait intéressant de se servir de ça pour amasser de l’argent pour Deuil Jeunesse», explique-t-il. L’activité, qu’il a nommée «Pleins Pâtés» débute donc à 11h30 alors que des tables sont aménagées dans la maison familiale et que les membres de la famille et amis prennent rendez-vous pour aller déguster plus de 100 pâtés et les tartes.

«Il y a un service à 11h30, un autre à 12h30 et un autre à 1h30 et on recommence pour le souper à 17h, 18h, 19h et 20h», explique le jeune homme. William Alexandre, ainsi que ses parents et ses amis, servent et desservent les tables et s’occupent des convives toute la journée. «Aujourd’hui, c’est une chose, mais je peux vous dire que c’est énormément de préparation. Il faut y penser six mois à l’avance», indique celui qui a aussi eu comme tâche de recueillir des commandites pendant que cinq «expertes» de la famille étaient aux fourneaux à confectionner les pâtés. 

«La première année, c’est seulement notre famille qui s’est tapée tout le travail. D’autres personnes nous ont aidés par la suite. Cette année, ce sont cinq personnes qui ont fait des pâtés pour nous», souligne Kim Latour. William Alexandre laisse ses invités verser un don volontaire pour leur repas. «On suggère un montant, mais certains donnent plus ou moins selon leurs moyens», commente-t-il. L’an dernier, «Pleins Pâtés» avait permis de recueillir 3 300 $ pour Deuil Jeunesse alors que cette année, l’objectif avait été fixé à 4 000 $. C'est finalement 5780$ que l'organisme a réussi à amasser.