L’écrivaine Kim Thúy, la chanteuse Ginette Reno, l’ex-directeur du Devoir Bernard Descôteaux, le mathématicien Jean-Marie De Koninck et le skieur Alexandre Bilodeau ont reçu les honneurs de l’Assemblée nationale, mardi.

Médailles de l’Assemblée nationale: cinq personnalités honorées

Des pentes de ski de Vancouver au spectacle de la Saint-Jean-Baptiste sur le Mont-Royal, en passant par les salles de classe de l’Université Laval et un Vietnam déchiré par son régime communiste, la cérémonie de remise des Médailles d’honneur de l’Assemblée nationale a fait voyager, mardi après-midi.

Difficile de rassembler une brochette de Québécois aussi accomplis dans des sphères aussi diverses que celle que formaient les cinq récipiendaires de Médailles d’honneur, mardi, à Québec. La chanteuse Ginette Reno, le skieur Alexandre Bilodeau, le mathématicien Jean-Marie De Koninck, l’écrivaine Kim Thúy et l’ex-directeur du journal le Devoir Bernard Descôteaux se sont vus récompensés pour leurs carrières émérites. 

Décrite comme «la meilleure chanteuse du monde» par la députée Nathalie Roy, venue représenter la CAQ à la cérémonie, Ginette Reno était sans surprise très en verve. «C’est moi», a-t-elle lancé du tac au tac au président de l’Assemblée nationale, Jacques Chagnon, après qu’il ait annoncé son nom au micro. 

«C’est toujours très gratifiant d’être honorée. J’aime être honorée. Toutes ces belles choses qu’ils ont dit à propos de moi, j’ai presque pleuré», a lancé candidement la chanteuse de 71 ans, après la cérémonie. 

Plus jeune du groupe, Alexandre Bilodeau s’est dit inspiré par le quatuor qui l’entourait, mardi, rappelant qu’il a «encore beaucoup à accomplir». 

«On ne s’implique pas nécessairement pour des médailles, mais pour la cause qui nous tient à cœur. Pour moi, c’est une petite tape dans dos pour regarder mon frère et lui dire «let’s go, on continue à faire la différence pour les personnes avec des problèmes d’accessibilité», a expliqué le skieur acrobatique.

Comme il l’avait fait avec sa médaille d’or olympique en 2010, la première remportée par un Canadien en sol canadien, celui qui travaille maintenant comme comptable s’est empressé de remettre sa Médaille d’honneur de l’Assemblée nationale à son frère Frédéric, tout sourire aux côtés d’Alexandre après la cérémonie. 

Honoré pour l’ensemble de sa carrière, de son parcours d’universitaire à la création d’Opération Nez Rouge, Jean-Marie De Koninck se disait pour sa part particulièrement touché que l’on ait souligné ses efforts pour intéresser les jeunes aux mathématiques. 

«C’est un symbole important. Je suis passionné de mathématique depuis la petite école. Je suis content aujourd’hui qu’on reconnaisse ma carrière comme chercheur et enseignant, mais aussi comme communicateur qui a voulu partager sa passion pour les mathématiques et les sciences aux jeunes et à la population dans son ensemble.»

Quant à Kim Thúy, dont la famille a fui le Vietnam quand elle avait 10 ans, Jacques Chagnon a salué son «enracinement en terres québécoises des plus remarquables» et ses œuvres qui «habitent complètement l’esprit des lecteurs». 

Bernard Descôteaux, finalement, a notamment été dépeint comme un «rempart contre l’information spectacle»au Québec par le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée.