Marianna O'Gallagher: la passion venue des racines

Marianna O'Gallagher aura consacré toute sa vie à l'histoire des siens, les Irlandais tout autant que les Québécois. Une passion qui remonte jusqu'aux sources de sa propre famille à Québec.
«Elle était passionnée par l'histoire», raconte James Donovan, qui a travaillé à ses côtés en 1997 aux préparatifs de l'Été des Irlandais, entre autres. Cette passion se retrouve chez son grand-père, Jeremiah O'Gallagher, arrivé à Québec en 1891. En 1909, c'est lui qui fait ériger sur Grosse-Île une croix celtique pour commémorer le drame vécu par les immigrants irlandais un demi-siècle plus tôt. Un geste pour lequel elle éprouvait une grande fierté.
L'histoire des Irlandais se mêle à celle des Québécois depuis les débuts de la colonie, rappelle Joseph Lonergan, qui a récemment pris la relève de Mme O'Gallagher comme président de Irish Heritage Quebec. En effet, en 1860, la ville de Québec comptait 25 % d'Irlandais et, dans certains quartiers, la proportion atteignait 75 %.
Marianna O'Gallagher est née à Québec le 24 mars 1929. Elle a enseigné, comme religieuse des Soeurs de la Charité, d'abord dans les Maritimes, en Nouvelle-Angleterre et, pendant 25 ans, au St. Patrick School de Québec. Elle a poursuivi en même temps des études universitaires jusqu'à la maîtrise, avant de quitter la vie religieuse en 1985, pour se consacrer à sa passion.
Elle a créé Irish Heritage Quebec en 1973 et en fut la présidente jusqu'en novembre 2009. En 1981, elle a fondé la maison d'édition Carraig qui publie en anglais et en français des ouvrages historiques.
«Elle a documenté tout le phénomène de l'immigration irlandaise en Amérique, souligne James Donovan. C'est une autorité sur le sujet à travers le monde. Elle était appelée à prononcer des conférences partout.»
«On a enseigné l'histoire ensemble, évoque Patrick McKenna, ex-directeur de l'école St. Patrick. Son père, Dermot O'Gallagher, a été maire de Sainte-Foy et la famille habitait sur le chemin Saint-Louis, dans ce qui est aujourd'hui la Maison du spaghetti.» Il se souvient de l'énergie qu'elle déployait pour organiser chaque année les spectacles de la Saint-Patrick. «On a eu des spectacles
fantastiques, elle mobilisait un grand nombre d'étudiants pour promouvoir l'esprit irlandais de l'école.»
Grande générosité
Joseph Lonergan a lui aussi enseigné l'histoire à ses côtés pendant près de 15 ans à Saint-Patrick et travaillé avec elle au sein de Irish Heritage Quebec. «Elle a toujours été l'âme de notre organisme et cela même après en avoir quitté la présidence. Elle était d'une grande générosité. Elle a donné sa vie aux Soeurs de la Charité et ensuite elle s'est consacrée à la mémoire de son peuple. Elle avait un merveilleux sens de l'humour et était une ''raconteuse'' extraordinaire. Tout le monde aimait être en sa compagnie», conclut-il.