La ministre des Aînés Marguerite Blais à Québec, le 17 juin dernier  
La ministre des Aînés Marguerite Blais à Québec, le 17 juin dernier  

Marguerite Blais jette une part du blâme pour le fiasco des CHSLD sur Legault et Arruda

Caroline Plante
La Presse Canadienne
QUÉBEC - L’opposition à l’Assemblée nationale se demande quel avenir attend la ministre des Aînés Marguerite Blais.

Celle-ci a jeté une part du blâme pour le fiasco dans les CHSLD sur son propre premier ministre, François Legault, et le directeur national de santé publique Horacio Arruda.

«Je me pose la question sur le rôle que va continuer à jouer la ministre des Aînés dans ce gouvernement-là», a lancé jeudi en point de presse le chef intérimaire du Parti québécois, Pascal Bérubé.

Dans une entrevue accordée à l’émission «Enquête», qui sera diffusée jeudi à Radio-Canada, Mme Blais a expliqué avoir très peu de pouvoir. Elle a invité la journaliste à interroger MM. Legault et Arruda.

Il faut notamment demander au Dr Arruda pourquoi le Québec a laissé des travailleurs de la santé qui revenaient de voyage en mars dernier travailler en CHSLD, a-t-elle dit.

Son témoignage est «explosif», a réagi M. Bérubé, qui estime que Marguerite Blais vient ni plus ni moins de «tirer dans la chaloupe».

Elle est une lanceuse d’alerte qui provient du conseil des ministres, s’est-il surpris, saluant du même coup la candeur de la ministre. «Avouez que c’est sans précédent.»

Pour la cheffe libérale Dominique Anglade, M. Legault doit maintenant «expliquer à la population pourquoi Mme Blais est toujours là».

Selon elle, Mme Blais a une grande part de responsabilité dans l’hécatombe causée par la COVID-19 en CHSLD. «On est ministre ou on ne l’est pas», a lancé Mme Anglade.

À la période des questions jeudi, le ministre de la Santé Christian Dubé s’est porté à la défense de sa collègue, qui n’était pas présente au Salon bleu. Il a imploré l’assemblée de faire preuve d’«empathie» envers Mme Blais.

«La députée de Saint-Jérôme est une femme de coeur, a-t-il dit. C’est une femme qui est revenue en politique pour faire une action au niveau des aînés.» Mme Blais est députée de la circonscription de Prévost.

M. Bérubé a affirmé que son parti n’aurait pas choisi Mme Blais comme candidate aux dernières élections, mais que la Coalition avenir Québec (CAQ) de François Legault avait su «profiter» de sa popularité.

«On a instrumentalisé Marguerite Blais», a-t-il déclaré.

Arruda doit se ressaisir

Par ailleurs, jeudi, Dominique Anglade a demandé au Dr Arruda de se «ressaisir», comme elle l’avait fait la veille en entrevue à La Presse Canadienne.

Selon elle, le Dr Arruda a fait des déclarations «irresponsables» cette semaine lorsqu’il a évoqué la possibilité d’envoyer des policiers dans les maisons pour contrôler la propagation de la COVID-19.

Mme Anglade et M. Bérubé ont tous deux déclaré jeudi qu’il aurait peut-être été plus sage d’attendre avant de renouveler le Dr Arruda dans ses fonctions de directeur national de santé publique.

«J’ai été de celles qui avaient questionné déjà lorsqu’il avait été renommé, j’avais dit: «C’est une discussion que l’on devrait avoir avec l’ensemble des partis d’opposition»», a rappelé Mme Anglade.