Les jeunes ont été nombreux à participer à la manifestation de New Richmond, plus de 550, mais aussi dans cinq autres municipalités de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine.

Marche pour le climat: l'Est-du-Québec manifeste

NEW RICHMOND — En Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine, une demi-douzaine de manifestations ont eu lieu vendredi pour inciter la population à adopter urgemment des mesures pour limiter les changements climatiques. Des rassemblements ont notamment eu lieu à New Richmond, Gaspé, Sainte-Anne-des-Monts, New Carlisle, Cap-aux-Meules et Gesgapegiag. Environ 2000 personnes y ont été mobilisées.

Le plus gros rassemblement a eu lieu à New Richmond, et il a regroupé un peu plus de 550 personnes. Les jeunes ont pris la parole, qu’ils aient ou non obtenu la permission de leur école d’y participer.

«Je suis content d’être ici, mais aussi triste d’être ici; on ne devrait pas avoir à faire ça [manifester]. Il faut agir», a indiqué Akim Saint-Amour, étudiant en deuxième secondaire de Saint-Omer. Il a manqué ses cours pour participer à la manif, précisant que ses parents justifieront sa présence ultérieurement.

Test de confiance

Dans un message adressé aux gouvernements et livré avec aplomb, Anaé Tremblay Bourque, une étudiante collégiale, a indiqué aux politiciens que l’élection fédérale prochaine constituera un moyen d’expression pour la jeunesse, qui réclame un certain nombre de demandes.

«Ces demandes, réalisées ou non très prochainement, seront nos raisons de vous faire confiance ou non, pour nous diriger. Nous vous demandons […] dans toutes vos décisions que vous priorisiez l’aspect environnemental au profit de l’aspect économique. Nous croyons qu’il s’agit d’une priorité mondiale, dépassant la notion de valeur individuelle», a-t-elle souligné.

Ces demandes vont de la recherche dans les énergies renouvelables à la réduction des emballages, en passant notamment par la réduction de la consommation des énergies fossiles, le bannissement des plastiques à usage unique, un fort accent sur les transports en commun même en milieu rural, une récompense pour le covoiturage et l’imposition d’une taxe carbone en fonction du kilométrage parcouru.

Impacts environnementaux

L’artiste-peintre Yves Gonthier a dénoncé l’obsolescence programmée. «On parle de téléphones intelligents, mais il dure un an, un an et demi. S’il était vraiment intelligent, il durerait 20-30 ans».

L’environnementaliste Bilbo Cyr a quant à lui souligné l’obligation de talonner les gouvernants pour que de réels changements prennent place. «La parole devient molle souvent par l’habitude d’obéissance». 

À Gaspé, le Directeur de la santé publique, Yv Bonier-Viger, a parlé d’impacts déjà sentis en Gaspésie et ailleurs sur la planète en raison de l’intensification des tempêtes. «La dégradation des écosystèmes et les changements climatiques sont maintenant la principale menace pour la santé sur la planète […] En Gaspésie et aux Îles, c’est la montée du niveau de la mer, et l’érosion qui l’accompagne, l’augmentation des vagues de chaleur extrême et l’émergence de nouvelles maladies qui seront les principaux impacts».