L’appel à la manifestation avait été lancé par un groupe de citoyens touchés par la détresse des chauffeurs de taxi face à la perte de la valeur de leur permis.

Manifestation éclair à place D’Youville en soutien aux chauffeurs de taxi

Une centaine de personnes ont manifesté, mercredi en fin de journée, à place D’Youville, en soutien aux chauffeurs de taxi et pour demander au gouvernement Legault d’abandonner le projet de loi 17.

L’appel avait été lancé par un groupe de citoyens touchés par la détresse des chauffeurs de taxi face à la perte de la valeur de leur permis.

«Ils sont désespérés, ils perdent tout. On est tanné de voir la saga autour des chauffeurs de taxi. Ça dure depuis des années et on donne tout à Uber», a déploré l’un des organisateurs de la manifestation, Richard Fecteau. «On veut leur dire qu’on est de leur côté.»

Cet élan de solidarité a profondément touché les chauffeurs présents à la manifestation, dont Jasminka Mandic, qui est devenue chauffeuse de taxi pour aider son mari. Elle travaille de jour et son mari de nuit. «Ça fait vraiment chaud au cœur parce que depuis le 20 mars, on vit l’enfer vraiment. On est abandonné par le gouvernement. Une manifestation comme ça, ça fait du bien et ça montre que la population est derrière nous.»

Claude Lefèvre est un habitué des taxis quand il voyage et à Québec, il trouve qu’ils font un très bon travail et que le «service est impeccable». «Je veux dire au gouvernement que c’est erreur d’agir de la sorte et de favoriser Uber qui vient chambouler les choses de façon dramatique», a-t-il fait valoir.

Pour le député de Québec solidaire, Sol Zanetti, le gouvernement doit faire marche arrière et arrêter de s’attaquer aux immigrants. «[La manifestation] montre la grande solidarité envers les chauffeurs de taxi et c’est précieux. Pour avoir parlé à de nombreux chauffeurs, il y a une grande détresse et un sentiment d’isolement. Le gouvernement n’a pas l’air de réaliser les conséquences que le projet de loi a sur eux», a-t-il souligné. «Parmi les chauffeurs de taxi, il y en a beaucoup qui sont issus de l’immigration et ils ont l’impression d’être ciblés par les projets de loi de la CAQ [Coalition avenir Québec], projet de loi pour réduire le nombre d’immigrants, loi sur la laïcité, projet de loi sur les taxis. C’est doublement difficile pour eux», a-t-il poursuivi. 

Selon les organisateurs, les taxis font aussi partie de la solution pour la lutte contre les changements climatiques en offrant aux personnes un transport en tout temps et ainsi éviter d’acheter une voiture.