Une centaine de personnes ont marché dans les rues de Québec, samedi, pour manifester contre le racisme, l’intolérance et la haine.

Manifestation de plus d'une centaine de personnes à Québec contre le racisme [PHOTOS]

Une centaine de personnes ont marché dans les rues de Québec, samedi, pour manifester contre le racisme, l’intolérance et la haine.

La manifestation organisée par divers organismes de divers horizons, dont le Regroupement d'éducation populaire en action communautaire des régions de Québec et Chaudière-Appalaches, se voulait également un moment de solidarité pour les victimes des attaques de Christchurch, en Nouvelle-Zélande.

Le départ de la marche a été donné à 11h au parc Durocher, dans le quartier Saint-Sauveur, pour prendre fin à la place de l’Université-du-Québec. Différents intervenants ont pris la parole pour dénoncer les actes de violence, dont Boufeldja Benabdallah, président du Centre culturel islamique de Québec.

«La haine s'arrête ici, solidarité avec les victimes de Christchurch»; «Mon Québec pleure», proclamaient des pancartes brandies par des participants à cette marche, qui s'est déroulée dans le calme dans la capitale de la province francophone canadienne.

«Je suis là comme tous les citoyens pour montrer qu'il n'y a pas de place pour la haine, pour l'islamophobie», a déclaré M. Benabdallah à l'AFP.

Boufeldja Benabdallah, président du Centre culturel islamique de Québec, faisait partie de la centaine de personnes ayant marché ce samedi contre le racisme.

M. Benabdallah a souligné que le massacre de Christchurch, dont l'auteur avait inscrit le nom d'Alexandre Bissonnette sur un chargeur d'un fusil semi-automatique, avait réveillé les souvenirs douloureux des familles des victimes de la fusillade de la mosquée de Québec.

Il a appelé le gouvernement canadien «à faire comme la Nouvelle-Zélande, à aller vite pour légiférer sur ces armes d'attaque massive».

«Nous avons la même douleur, nous sommes avec vous, nous pleurons avec vous. Cinquante personnes sont dans une tombe. Cinquante familles sont dans la douleur», a-t-il lancé d'une voix brisée par l'émotion lors d'une brève allocution à l'issue de la marche.

Un extrémiste d'extrême droite australien a tué 50 musulmans et blessé des dizaines d'autres dans deux mosquées de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, le 15 mars. Avec AFP