Sol Zanetti, le chef d'Option nationale, préfère rester prudent sur l'issue des négociations avec Québec soliaire. 

Malgré les discussions de fusion, QS et ON brigueront Louis-Hébert

Malgré les négociations en cours entre Québec solidaire (QS) et Option nationale (ON) dans le but d'une éventuelle fusion, les deux formations présenteront une candidature lors de l'élection partielle de Louis-Hébert.
Les pourparlers ont débuté en juin et l'issue devrait être connue avant la fin du mois de septembre, soit fort probablement avant que le scrutin en vue de remplacer le libéral Sam Hamad n'ait lieu. Mais le chef d'Option nationale, Sol Zanetti, préfère demeurer prudent. «Je ne peux présumer de l'issue de cette négociation», fait-il valoir. 
Beaucoup de choses sont sur la table, dont la nouvelle identité de cette future formation souverainiste. 
Si une entente de principe est rédigée, celle-ci devra être entérinée par les membres des deux partis lors de leurs rassemblements respectifs, prévus pour début décembre dans le cas de Québec solidaire et une semaine plus tard pour Option nationale. 
Mais dans l'attente, ON présentera Martin Saint-Louis dans Louis-Hébert, «un ouvrier qui a une voix originale» dans plusieurs dossiers, décrit M. Zanetti. Du côté de QS, l'investiture n'a pas encore eu lieu, mais il s'agit d'un ou d'une candidate ayant déjà porté les couleurs du parti dans cette circonscription, explique le coordonnateur de la campagne, Raphaël Langevin. 
QS s'attend à marquer beaucoup de points 
Aux élections générales de 2014, Sam Hamad l'avait remporté haut la main en récoltant près de 50 % des votes. Le candidat caquiste, Mario Asselin, avait terminé deuxième avec un peu plus du quart des voix, le solidaire Pascal Mainville en a obtenu environ 5 % tandis que l'oniste Patrick Côté, bon dernier, n'avait pas reçu 1 % des appuis. 
Mais avec l'arrivée du nouveau député et co-porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, son équipe dans Louis-Hébert se dit certaine de doubler, voire tripler son pointage. «C'est la première élection après son arrivée. On va marquer le coup», soutient M. Langevin. 
Normand Sauvageau pour la CAQ 
Le Parti libéral a officiellement présenté son candidat la semaine dernière, soit celui qui était jusqu'alors président de Manufacturiers et exportateurs du Québec, Éric Tétrault. Immédiatement associé à l'ère Charest, il a été la cible d'attaques des partis de l'opposition dont la Coalition avenir Québec (CAQ) qui a rappelé que M. Tétrault a assisté en 2008 à un spectacle de Céline Dion avec Nathalie Normandeau dans la loge de l'ex-entrepreneur reconnu coupable de fraude Lino Zambito. 
Les libéraux ont répliqué que la CAQ avait elle-même déjà tenté de recruter M. Tétrault, ce que n'a pas nié le chef, François Legault, tout en affirmant que la candidature ne s'était pas rendue très loin dans le processus. Dans Louis-Hébert, le parti a décidé de miser sur un ex-banquier à la Banque Scotia et militant de la CAQ ayant travaillé pour l'association locale, Normand Sauvageau. L'annonce devrait avoir lieu d'ici la fin de la semaine.