Guy Rousseau, de Lévis, était tout sourire après avoir appris qu'il était le 21e gagnant de la maison Tanguay. On le voit ici avec Jacques Tanguay.

Maison de la Fondation Maurice Tanguay: une «habitude» récompensée

Guy Rousseau, un résident de Lévis, n'aura jamais connu un meilleur retour sur l'investissement que l'achat d'un billet de tirage au profit de la Fondation Maurice Tanguay. L'homme de 75 ans a remporté le grand prix d'une valeur de 500 000 $.
«C'est comme une coutume, une habitude d'acheter un billet pour encourager la Fondation. Mais on ne pense jamais qu'on va gagner.» Le Lévisien était évidemment tout sourire après avoir appris qu'il était le 21e gagnant de la maison lors d'un tirage réalisé dimanche en direct à la télévision. Depuis 10 ans, la luxueuse résidence n'existe que dans le monde virtuel. À ce jour, les gagnants ont toujours choisi le demi-million plutôt que de faire construire l'habitation modélisée par ordinateur. 
C'est également ce que compte faire M. Rousseau, qui était accompagné pour l'occasion par l'un de ses deux fils, Pascal. Celui qui est aussi grand-père deux fois compte prendre le temps de réaliser ce qui lui arrive avant d'élaborer des projets. Chose certaine, la liste de cadeaux de Noël s'annonce longue cette année, disent à la blague le père et le fils.
Fait particulier, l'autre finaliste, Marie-Josée Landry, une dame de Québec, était absente puisqu'elle n'a pu se libérer du travail. Il fallait voir la fébrilité de sa fille qui lui textait le déroulement de la cérémonie dans la salle où étaient réunis les finalistes. Mme Landry se mérite un véhicule de luxe Mercedes-Benz.
1,8 million $ à la fondation
Toute cette joie rejaillit sur la Fondation, pour qui le tirage de la maison demeure la principale source de financement dans le but de faciliter la vie des enfants handicapés et de leur famille. Après toutes ces années, Jacques Tanguay se félicite que le tirage garde toujours le même attrait auprès de la population. 
«Encore cette année, nous avons vendu 1,8 million $ en billets. La totalité de cette somme est remise à la Fondation», précise-t-il. Pour lui, il est essentiel de maintenir cet enthousiasme pour aider les enfants handicapés. Un résultat qui ne peut être atteint sans les milliers d'heures consacrées à la cause par les bénévoles. «C'est neuf mois de vente par des centaines de bénévoles. Il faut les remercier», conclut l'homme d'affaires.