Pour la députée péquiste Agnès Maltais, la hausse en fonction des revenus, «c'est une atteinte directe à la classe moyenne. On nous avait promis, en campagne électorale, de ne pas hausser, de ne pas avoir de choc tarifaire, et c'est directement un choc tarifaire, non annoncé».

Lutte contre l'intégrisme religieux: Couillard «se traîne les pieds», accuse Maltais

Dans la foulée des attentats à Saint-Jean-sur-Richelieu et à Ottawa, le Parti québécois réclame la création urgente d'un observatoire sur les intégrismes religieux.
Il mousse le projet lancé l'an dernier par la libérale Fatima Houda-Pepin, avant qu'elle ne soit expulsée de l'aile parlementaire du Parti libéral du Québec.
«La question qui se pose est de savoir si le gouvernement a l'intention de mettre en place un organisme pour mesurer et lutter contre l'intégrisme religieux dans notre société», estime la péquiste Agnès Maltais avant de rappeler que «l'idée a été promue à l'origine par une ex-collègue de La Pinière, Fatima Houda-Pépin».
«Est-ce que les événements tragiques qui se sont produits la semaine dernière ont convaincu le gouvernement de la nécessité d'un organisme pour détecter et mesurer l'intégrisme religieux au Québec?» demande Agnès Maltais.
Elle croit que le gouvernement de Philippe Couillard «se traîne les pieds dans le dossier de la lutte à l'intégrisme».
Moins pressé
La création de cet observatoire n'a jamais, du moins jusqu'à tout récemment, fait partie des plans du gouvernement de Philippe Couillard. C'est ce que Le Soleil s'est fait confirmer il y a quelque temps. Reste à voir si le projet évoluera avant sa présentation.
Le gouvernement paraît moins pressé de présenter son projet de loi sur la neutralité religieuse qu'il l'était durant la campagne électorale. Il ne faut pas «faire les choses à la va-vite», fait valoir la ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, la porteuse du dossier.
Elle reproche à l'opposition officielle de se servir de tragédies à des fins partisanes. «Nous allons prendre le temps de bien faire les choses. Mais il ne faut pas instrumentaliser des tragédies comme celles de la semaine dernière», réplique-t-elle.
Ce que l'on sait du projet de loi qu'elle présentera dans quelque temps est qu'il aura l'ambition d'encadrer les demandes d'accommodement religieux et qu'il instituera la règle du «visage à découvert».
Il est censé affirmer la neutralité religieuse des institutions de l'État et la nécessité que les services publics soient donnés et reçus à visage découvert. Il entend baliser les «accommodements raisonnables» et prévoir des mécanismes de lutte contre l'intégrisme religieux.
La semaine dernière, dans la foulée des attentats, le premier ministre Philippe Couillard a annoncé que son gouvernement entendait nouer des contacts réguliers avec les communautés musulmanes pour qu'elles viennent en aide aux autorités publiques dans la lutte à mener contre les dérives intégristes.