L’ex-directeur, des loisirs de la Ville de Sainte-Anne-des-Monts, Michel Gosselin, aurait détourné plus de 60 000 $ provenant de l’argent des contribuables.

L’UPAC arrête un ex-cadre de la Ville de Sainte-Anne-des-Monts

MATANE — L’Unité permanente anticorruption (UPAC) a procédé, mercredi, à l’arrestation de Michel Gosselin, ex-directeur des loisirs de la Ville de Sainte-Anne-des-Monts, en Haute-Gaspésie. Dans le cadre de ses fonctions, soit d’avril 2008 à septembre 2018, le fonctionnaire aurait détourné plus de 60 000 $ des coffres de la municipalité.

Lors de son arrestation, l’homme se trouvait à Bonaventure, dans la Baie-des-Chaleurs. Il demeure en liberté avec promesse de comparaître le 19 novembre au palais de justice de Sainte-Anne-des-Monts, où il devra faire face à cinq chefs d’accusation pour fraude, abus de confiance, fabrication et utilisation de faux.

«On avait eu vent de certaines allégations à l’été 2018 sur l’employé visé», relate le maire de Sainte-Anne-des-Monts, Simon Deschênes. «On avait entamé une enquête interne. Mais pour nous, c’était difficile de faire la preuve. On se butait souvent à certaines embuches. En cours de route, on a appris que l’UPAC s’intéressait aussi à ce dossier-là. […] On a travaillé en collaboration parce qu’on ne détient pas l’expertise d’enquête. […] Notre trésorière a traité avec les enquêteurs de l’UPAC.»

À la suite de la découverte d’irrégularités comptables, les dirigeants municipaux ont consulté un avocat en droit du travail qui en est venu à la conclusion que les motifs étaient suffisants pour congédier l’employé. Par conséquent, en septembre 2018, la Ville a destitué son directeur des loisirs pour abus de confiance et lacunes dans sa gestion financière. 

Avec l’arrestation et les accusations portées, le maire Deschênes exprime une certaine satisfaction au bénéfice de sa population. Selon lui, la lumière pourra enfin être faite dans cette histoire.