L'UL se dissocie des propos d'un assistant de cours sur Twitter

Un assistant de cours à la Faculté des sciences et génie a tenu sur Twitter des propos desquels l’Université Laval a tenu à se dissocier et qui lui ont valu un «suivi approprié» de la part de l’établissement.

Mercredi, le magazine L’actualité a tweeté le lien d’un texte publié dans ses pages par la philosophe Samantha Brennan, de l’Université de Guelph, à propos d’une controverse qui a éclaté parce que des étudiantes d’une université américaine portaient des leggings. Selon Mme Brennan, «l’affaire révèle à quel point la société tente encore de contrôler le corps des femmes, ainsi que les choix qu’elles font».

«J’aime les femmes en leggings. On leur voit la craque de plotte et la craque de cul : -)», a répondu Dominique Beaulieu, un étudiant au doctorat en génie électrique et assistant de cours à la Faculté des sciences et génie de l’Université Laval. 

Très actif sur les réseaux sociaux, Dominique Beaulieu défend souvent des positions politiques identitaires qui ne plaisent pas à certains internautes. Ces derniers jours, il a notamment eu des discussions à propos de groupes comme Atalante ou la Fédération des Québécois de souche, pour lesquels il disait refuser l’épithète «néonazi».

Toujours sur Twitter, l’Université Laval a jugé bon de faire cette mise au point eu égard aux propos de M. Beaulieu : «L’Université Laval n’endosse pas la nature de ces propos, et s’en dissocie. Le respect est l’une des valeurs fondamentales de notre établissement d’enseignement et nous assurons les suivis adéquats.»

Le service des communications de l’Université Laval n’a pas voulu nous dire quels «suivis adéquats» allaient être faits dans le cas précis de Dominique Beaulieu. «Les suivis sont confidentiels», a simplement expliqué la porte-parole Andrée-Anne Stewart. 

Mandat «terminé»

En fin d’après-midi, jeudi, M. Beaulieu a annoncé sur Twitter qu’il avait été assistant de cours «jusqu’à 12h20 aujourd’hui» et que son mandat était «maintenant terminé». Il a admis que son commentaire public sur les leggings «n’était peut-être pas l’idée du siècle».

Mme Stewart nous a expliqué que l’Université Laval avait tenu à se dissocier des propos de M. Beaulieu «après avoir été interpellé par plusieurs internautes, qui se demandaient pourquoi l’établissement laissait un employé de l’Université Laval tenir ce genre de propos». Sur Facebook, M. Beaulieu se présentait comme un employé de l’Université Laval, mais il a depuis retiré cette mention. 

Selon Andrée-Anne Stewart, «le personnel a le droit de s’exprimer sur les réseaux sociaux, en leur nom personnel, sans référence à l’employeur, à moins qu’il soit mandaté par leur employeur pour le représenter sur les réseaux sociaux».

Joint par Le Soleil, Dominique Beaulieu nous a expliqué par écrit jeudi après-midi qu’il venait d’envoyer un courriel d’excuses à l’Université Laval portant à la fois sur son commentaire sur les leggings et sur ses positions politiques identitaires. 

À propos de sa remarque sur les leggings, M. Beaulieu explique qu’il savait bien qu’elle était «vulgaire». «C’était pour illustrer mon exaspération du climat sociopolitique actuel. L’extrême gauche est contre l’interdiction du voile dans la fonction publique, mais on veut interdire dans une université américaine aux femmes de porter des leggings», expose-t-il.

«C’est rendu très grave quand on est à vouloir censurer des blagues de mononc et de macho, même si certains trouvent ça de mauvais goût», ajoute Dominique Beaulieu, précisant au passage que son compte Facebook a été «barré pour 30 jours pour avoir écrit : les lesbiennes, c’est du gaspillage, car ça fait moins de femmes pour nous autres». «Je ne pense pas que ce soit haineux, au contraire, ça marque un désir inaccessible. Ce n’est pas le rôle des médias sociaux de faire la police. Si un propos est haineux, il y a la police et les tribunaux», juge-t-il.

Selon lui, ceux qui l’ont dénoncé à l’Université Laval sont des gens «en désaccord avec mes positions identitaires que je considère normales et modérées». «Il faut être conscient que c’est de mon commentaire de mononc que l’Université Laval s’est dissociée, suite au harcèlement des gauchistes qui voulaient me planter, car je fais partie de la droite identitaire et traditionaliste», résume-t-il.

En soirée, M. Beaulieu nous a mentionné avoir décidé de fermer ses comptes Facebook et Twitter. «Trop de troubles, les réseaux sociaux.»