Anne Guérette, Paul Shoiry et  Yvon Bussières sont les trois conseillers de Démocratie Québec.

L'opposition critique le scénario de 3e lien à l'ouest de Labeaume

L'opposition à l'hôtel de ville de Québec qualifie de «farfelue» la position du maire Régis Labeaume en faveur d'un troisième lien routier Québec-Lévis à l'ouest des deux villes.
«On se rappelle qu'il y a quelques mois, il disait qu'il n'est pas question d'un troisième lien, qu'on n'a pas besoin de ça, que c'est un piège à cons, qu'il n'était pas question d'investir des milliards de dollars là-dedans. Là, il a fait un virage à 180 degrés. [...] On a l'impression qu'il veut juste sortir du bourbier dans lequel lui-même s'est embarqué. Ça ressemble aussi à une position électoraliste parce qu'il sent qu'il y a une grogne populaire sur la congestion automobile à Québec et sur les ponts», analyse Paul Shoiry, porte-parole de Démocratie Québec. 
Celui-ci s'étonne de voir que l'administration Labeaume propose d'augmenter la capacité routière pour entrer à Québec alors que le réseau routier y est déjà saturé. Comme l'élargissement des autoroutes, cette réponse va favoriser l'étalement urbain et ajouter encore à la congestion, selon Paul Shoiry. «Ça ne réglera absolument rien. On va juste reporter le problème quelques mois plus tard, on va juste amplifier le problème ailleurs.» 
Le SRB contesté
Le chef de l'opposition ne croit pas davantage au système rapide par bus (SRB) en cours de planification. Selon lui, il s'agit d'une solution économique moins efficace et moins durable que le tramway. Et surtout, le tracé de la basse ville l'éloigne de sa clientèle naturelle. 
«On nous dit que c'est le SRB qui va tout régler, mais nous, on ne croit pas à ça. Le SRB ne réglera pas les problèmes de congestion. Le SRB est un projet qui, de l'aveu même du maire, vise à développer et urbaniser le boulevard Charest. Il n'entrera en fonction qu'en 2022 et encore, il n'est pas financé», énumère M. Shoiry.
Démocratie Québec appelle à un «plan d'ensemble» pour améliorer la circulation, un plan largement inspiré du plan de mobilité durable «sur les tablettes depuis 2011» qui générerait des actions annuelles en vue de réduire la congestion. M. Shoiry parle notamment d'améliorer la desserte du Réseau de transport de la Capitale à partir du réseau qui existe déjà, d'encourager le covoiturage et d'inciter les grandes institutions et entreprises à revoir les heures d'entrée et de sortie des étudiants et des travailleurs. 
Cette sortie survient six jours après la conférence de presse du maire Labeaume et trois jours après le communiqué de presse du candidat à la chefferie de Démocratie Québec, François Marchand, qui taxait lundi le maire Labeaume d'«opportunisme» dans le dossier. Selon le chef actuel, les trois élus de l'opposition étaient prêts à réagir dès mardi, mais ils ont préféré attendre «pour toutes sortes de raisons».