Manifestation du FRAPRU du 8 novembre 2012 en faveur du logement social.

Logement social : le FRAPRU veut des engagements d'Ottawa

À l'approche du dépôt du budget fédéral, la valse des groupes de pression voulant influer sur le ministre des Finances Jim Flaherty s'accélérera. Mercredi, le Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) s'est échauffé en réclamant que le fédéral prenne des engagements clairs pour subventionner le logement social.
Depuis le milieu des années 90, Ottawa a grandement réduit sa contribution pour la construction d'habitations à loyer modique (HLM), déplore Véronique Laflamme, organisatrice du FRAPRU dans la région de Québec. Les provinces n'ont ainsi pas été en mesure d'offrir des logis à peu de frais à tous les démunis, ajoute-t-elle.
«Le gouvernement du Québec a accepté de prendre en partie la relève.» Mais les fonds disponibles ne suffisent pas; des milliers de pauvres attendraient sur les listes d'attente, dont environ 1400 dans la capitale, explique-t-elle.
En plus, poursuit Mme Laflamme, avant de réduire les budgets alloués à l'érection de nouveaux logements sociaux, le fédéral s'était engagé à soutenir financièrement à long terme les complexes de HLM déjà construits. Ces ententes arriveront à échéance au cours des prochaines années. «Ça s'en vient. Il faut éviter la catastrophe qui nous pend au bout du nez.» Voilà pourquoi le FRAPRU réclame que le ministre Flaherty reconduise les budgets. Sans cet apport, Québec devra hausser les loyers des HLM, craint Mme Laflamme.