Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, était de passage à l'hôtel de ville de Lévis jeudi pour sa première rencontre formelle avec le maire Gilles Lehouillier.

Lisée propose une taxe foncière pour payer le SRB

Les propriétaires de terrains qui longent le Service rapide par bus (SRB) à Québec et Lévis et qui verraient la valeur de leur immeuble augmenter pourraient, par l'entremise d'une taxe spéciale, aider les gouvernements à payer la ligne de transport.
C'est l'idée lancée par le chef du Parti québécois Jean-François Lisée, de passage à l'hôtel de ville de Lévis jeudi pour sa première rencontre formelle avec le maire Gilles Lehouillier.
Selon lui, la grande région de Québec devrait s'inspirer du modèle de financement qui est en élaboration pour le Réseau électrique métropolitain (REM), propulsé par la Caisse de dépôt. 
«Tout le monde gagne là-dedans, mais on répartit les gains équitablement : entre le propriétaire immobilier, la Ville et le gouvernement», justifie M. Lisée. 
M. Lehouillier a quant à lui réitéré qu'il souhaitait que les gouvernements provincial et fédéral paient 100 % de l'infrastructure, comme ils l'auraient fait si ça avait été un tramway. 
M. Lisée dit ne pas être contre un financement à 100 % au départ, mais le modèle de captation de la plus-value foncière doit être sérieusement «envisagé» pour permettre aux gouvernements de récupérer une partie de leurs billes par la suite. «C'est le modèle qui se fait un peu partout dans le monde pour aider à payer le transport en commun», indique-t-il. 
«Leadership défaillant»
Pour le Parti québécois, le gouvernement libéral actuel fait preuve d'un «leadership défaillant» dans le dossier du SRB. S'il prend le pouvoir en 2018, M. Lisée s'efforcera «de mettre les bouchées doubles». 
Le député de Lévis François Paradis, de la Coalition avenir Québec (CAQ), n'a pas tardé à réagir à la proposition de cette nouvelle taxe foncière. «Jean-François Lisée fait encore la démonstration qu'il est complètement déconnecté de la réalité des familles du Québec, qui sont déjà surtaxées. S'il prend le pouvoir, il va demander à des citoyens qui n'ont jamais demandé de SRB de payer sa facture par une hausse de taxes.»
M. Lehouillier a quant à lui profité de cette rencontre pour sensibiliser M. Lisée et la députée de Taschereau Agnès Maltais à l'importance d'un troisième lien routier pour sa ville. M. Lisée s'est d'ailleurs dit d'accord pour que le projet soit étudié, projet qui arrivera nécessairement après que le SRB «soit sur les rails».