Le début de saison hâtif dans la région de Québec en a convaincu plusieurs de réserver leurs vacances à Québec pour les Fêtes, notamment pour skier.

L’hiver, prise deux

On ne saura jamais si c’est en raison d’une mauvaise posologie, d’une saute d’humeur soudaine ou d’un penchant sadique. Il reste que dame Nature a retiré aux Québécois le plaisir de profiter à plein des plaisirs de l’hiver tout juste avant la période des vacances. Les dizaines de millimètres de pluie et de pluie verglaçante reçus ont eu des conséquences économiques graves pour les industries du ski et de la motoneige. La neige du Nouvel An leur octroie une seconde chance.

Après une période des Fêtes difficile sur les sentiers comme sur les pistes, l’hiver est revenu officiellement en force le 1er janvier, du moins dans la région de Québec. 

«Au début des vacances, il y avait seulement 10 % à 15 % du réseau ouvert. Comparativement aux deux années antérieures, c’était 70 % du réseau qui était praticable», rappelle Marilou Perreault, responsable des communications pour la Fédération des clubs de motoneigistes du Québec (FCMQ). 

En date du 3 janvier, la situation revenait lentement à la normale avec 60 % des 33 000 kilomètres ouverts avec des conditions variables d’une région à l’autre. «Dans les Cantons-de-l’Est et en Montérégie, on voit encore le gazon, précise-t-elle. Et pourtant, janvier est reconnu comme ‘‘le mois’' où la motoneige devrait être praticable partout en province.»

Les sentiers ouvrent graduellement, même dans les régions où il est tombé de la neige comme Québec, Portneuf, Charlevoix et la Chaudière-Appalaches. C’est qu’il faut donner le temps aux clubs locaux d’entretenir les sentiers avant d’en autoriser l’accès. À certains endroits, des cours d’eau ne sont toujours pas gelés. De plus, le verglas a causé la chute d’arbres et de branches, obligeant un nettoyage des sentiers. Autant de facteurs qui retardent l’ouverture de plusieurs tronçons.

La région de Québec semble avoir été moins touchée que bien d’autres, notamment celles situées dans le sud-ouest de la province. Et c’est tant mieux. Mme Perreault explique que l’industrie de la motoneige procure au Québec des retombées économiques de 1,9 milliard $ annuellement, selon les plus récentes études. 

C’est un apport touristique majeur. «Les gens dorment dans les hôtels, mangent dans les restaurants, mettent de l’essence. La motoneige maintient 14 000 emplois. C’est énorme pour une activité qui dure de 12 à 18 semaines. Seulement en Abitibi, c’est 63 000 nuitées par année», illustre-t-elle.

Moins pire à Québec

Quand on se compare, on se console. De nombreuses stations de ski de la province ont vu fondre, impuissantes, la moitié de leur domaine skiable sous des millimètres d’eau.

Les régions de Québec et de Chaudière-Appalaches ont aussi essuyé le coup. «On avait perdu beaucoup de domaine skiable, confirme Lisa-Marie Lacasse, responsable des communications pour les stations Mont-Sainte-Anne et Stoneham. L’avantage, c’est qu’il a fait froid tout de suite après la pluie. On a donc travaillé fort pour produire de la neige artificielle», poursuit-elle.

Selon Mme Lacasse, le début de saison hâtif dans la région en a convaincu plusieurs de réserver leurs vacances à Québec pour les Fêtes. «On a été avantagé au chapitre des précipitations neigeuses dès octobre. On a connu un parmi les meilleurs débuts de saison des 10 dernières années. Les principaux hébergeurs nous ont confirmé que c’était complet. Même si les conditions n’étaient pas idéales, les gens qui avaient réservé se sont rendus à la montagne.»

Évidemment, les précipitations du 1er janvier redonnent un second souffle à l’industrie. «Cette neige était plus que la bienvenue. On a tout récupéré ce qu’on avait perdu, tant au Mont-Sainte-Anne qu’à Stoneham. Depuis le 1er, il y a beaucoup de monde à la montagne», se réjouit Mme Lacasse.

La situation est la même pour la plupart des stations. Que ce soit au Massif du Sud en Chaudière-Appalaches ou au Massif de Charlevoix, le nombre de pistes ouvertes est en hausse. Entre 70 % et près de 100 % du domaine skiable (Mont Grand-Fonds) est ouvert dans la plupart des stations.

Les prévisions des deux prochaines semaines ont de quoi rassurer les gens de l’industrie et les adeptes de sports d’hiver. Le mercure restera sous la barre du 0 °C et des précipitations importantes sont encore attendues.