Le député Gilles Lehouillier annoncera que le ministère des Transports reconduit par décret l'aide annuelle d'un million de dollars pour  2012.

Lévis va de l'avant avec son projet de voies réservées

Pendant que la Ville de Québec tergiverse sur les voies réservées, Lévis va de l'avant avec ce type d'aménagement pour les autobus sur le boulevard de la Rive-Sud d'est en ouest. Le conseil municipal a adopté lundi un emprunt de 25 millions $ pour mettre le projet en branle.
La Ville de Lévis lance ainsi la première phase du projet d'implantation des «voies réservées en site propre en mode axial», soit des voies de circulation qui seront aménagées au centre de la chaussée pour l'usage exclusif des autobus de la Société de transport de Lévis (STLévis). Avec cette première étape, on verra apparaître dans le paysage la portion de 1 km située entre le boulevard Alphonse-Desjardins et la rue Saint-Omer. Les plans et devis seront réalisés sous peu et les travaux doivent débuter dès le printemps ou l'été.
La deuxième phase, qui couvre le reste du boulevard entre la route Mgr-Bourget et le chemin du Sault, est toujours l'étude. À terme, les voies s'étendront sur 16 kilomètres d'est en ouest, sur le boulevard de la Rive-Sud, qui est la colonne vertébrale routière de Lévis. Un projet de 125 à 150 millions $ au total. La route 116, propriété du ministère des Transports, est aussi dans les plans.
La voie axiale permettra le passage plus fréquent des Lévisiens, ces autobus à haut niveau de service comparables aux Métrobus de Québec. L'administration Lehouillier a promis de les faire circuler aux10 minutes aux heures de pointe.
La firme AECOM, qui avait pour mandat de réaliser une étude d'avant-projet, a rendu des conclusions favorables qui confirment «l'opportunité et la faisabilité technique».
Lundi, lors de la séance du conseil municipal, les élus ont approuvé un règlement d'emprunt de 25 millions $ pour la réalisation de la phase un. Ce projet doit être financé à 75 % par le gouvernement du Québec par l'entremise de son Programme d'aide au transport collectif. Si bien que la part de la Ville de Lévis devrait se chiffrer à 6 millions $, a précisé le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, ajoutant que le lancement des travaux est conditionnel à l'obtention de cette subvention. Mais le signal est bon, selon le maire.
«Cette résolution confirme l'intention de la Ville de Lévis de passer à l'action et de permettre un service équitable de transport en commun», a commenté M. Lehouillier, quelques secondes après l'adoption par le conseil.
L'administration Lehouillier compte réorganiser le transport collectif sur son territoire, notamment en instaurant des parcours qui partent de tous les quartiers de la ville et qui se rabattent sur l'axe est-ouest.
Le président de la STLévis, Michel Patry, s'est réjoui de ce «signal fort que la Ville veut que le transport en commun évolue sur le territoire de Lévis».