Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier
Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier

Lévis retombe en mode urgence

Jean-François Néron
Jean-François Néron
Le Soleil
La Ville de Lévis réactive sa cellule stratégique en sécurité civile maintenant que Chaudière-Appalaches entre en «zone rouge». Le maire Gilles Lehouillier espère un retour au vert, notamment avec une campagne de publicité de 250 000 $ sur l’importance du respect des règles sanitaires.

«Dès mardi, notre cellule stratégique proposera un plan qui sera déposé au comité exécutif. En soirée, nous tiendrons un plénier et nous ferons un point de presse mercredi pour expliquer ce que la Ville entend faire.» 

De toute évidence, M. Lehouillier n’était pas surpris par ce changement de zone, lundi, tout juste avant la tenue du conseil municipal. «On s’y attendait», laisse-t-il tomber.

«La bonne nouvelle, c’est que les commerçants ont été entendus. Les bars et les salles à manger des restaurants seront fermés, mais le gouvernement a dit travailler sur des programmes de compensation. Le gouvernement a été sage dans sa décision», se console-t-il.

Bibliothèques municipales

D’après l’annonce faite en fin d’après-midi par le premier ministre Legault, les bibliothèques sont le seul service municipal touché par les nouvelles restrictions. Les autres services devraient être rendus comme à l’habitude, toujours à distance.

«Tout le personnel est maintenu en télétravail. Les foyers peuvent venir de partout maintenant. Notre directeur général a fait remarquer qu’on pourrait se retrouver avec une contamination chez nos membres», lance le maire, en guise d’avertissement.

M. Lehouillier annonce déjà que son administration injectera 250 000 $ dans une campagne de publicité pour convaincre les citoyens de respecter les règles de confinement annoncées lundi par le premier ministre Legault. Plus encore, cette campagne incitera les citoyens à acheter dans les commerces voisins pour éviter les déplacements inter-quartiers.

La Ville ne fait aucun placement publicitaire dans les radios de Québec. Malgré tout, le maire avait un mot au sujet du retrait des publicités de la Ville de Québec et de plusieurs entreprises des ondes de CHOI. On reproche à la station de donner la parole à des gens, dont le discours va à l'encontre des mesures de santé publique destinées à freiner la pandémie.

«Quant à nous, il faut faire attention de ne pas allumer des feux et stimuler des situations polémiques», a-t-il conclu.