À l’époque du projet de service rapide par bus, deux des scénarios prévoyaient un rabattement des parcours de la Société de transport de Lévis (STLévis) vers le SRB à l’entrée sud des ponts. Soit sur la route Marie-Victorin, au pied du pont Pierre-Laporte (photo), soit dans le secteur de la rue de la Concorde en plein boom immobilier.

L’étude sur l’interconnexion entre Lévis et Québec reprise par le ministère

L’étude sur l’interconnexion entre Lévis et Québec en matière de transport en commun change de main. C’est finalement le ministère des Transports qui évaluera le scénario à retenir pour connecter les deux rives.

Le gouvernement libéral avait annoncé au printemps une enveloppe de 8 millions $ pour que Lévis prenne en charge le dossier de l’interconnexion. À l’époque, le maire Gilles Lehouillier s’était dit ravi de pouvoir mener cette étude. Il en avait même fait une exigence. Aujourd’hui, il se ravise.

«Ça faisait un peu bizarre parce que ça concerne plusieurs équipements qui appartiennent au ministère des Transports comme le pont Pierre-Laporte et la route 116 [des Rivières]. Le leadership de ce dossier devait revenir au gouvernement du Québec», explique maintenant le maire.

Il faut dire que ce dossier avait atterri dans la cour de Lévis après que la ville se soit retirée du défunt projet de service rapide par bus (SRB) qu’elle avait en commun avec Québec. Contrarié, le maire Régis Labeaume avait par la suite annoncé son projet de tramway, en soulignant que Lévis n’avait qu’à s’organiser avec l’interconnexion.

À l’époque du SRB, divers scénarios étaient déjà sur la table. Ils pourraient être toujours pertinents avec le nouveau projet structurant de transport en commun mis de l’avant par Québec.

Deux des scénarios prévoyaient un rabattement des parcours de la Société de transport de Lévis (STLévis) vers le SRB à l’entrée sud des ponts. Soit sur la route Marie-Victorin, au pied du pont Pierre-Laporte, soit dans le secteur de la rue de la Concorde en plein boom immobilier. 

Un autre scénario suggérait que les bus de Québec desservent la route des Rivières à Saint-Nicolas et le secteur de Saint-Romuald. 

Enfin, il était question d’aménager un pôle d’échanges sur la rive nord, près de l’Aquarium du Québec. La Ville de Québec a depuis choisi de déplacer ce gros terminus sous l’avenue Lavigerie, à proximité du futur Phare du Groupe Dallaire. 

Au cabinet du ministre des Transports, François Bonnardel, on confirme que le ministère prend les rênes de l’étude après avoir consulté les «parties prenantes au dossier». Aucune date de livraison n’est fixée pour le moment.