Lettre contaminée envoyée à Trump: importante opération de la GRC à Saint-Hubert [VIDÉO]

Michel Saba
La Presse Canadienne
L'unité de sécurité nationale de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) menait lundi une opération majeure à Saint-Hubert, sur la Rive-Sud de Montréal, en lien avec la lettre contaminée à la ricine envoyée à la Maison-Blanche et destinée au président américain Donald Trump.

Les policiers perquisitionnent un logement situé dans un édifice situé sur le boulevard Vauquelin à la demande du FBI, a confirmé sur place le caporal Charles Poirier de la GRC qui a parlé d'un «gros déploiement».

L'équipe d'intervention en cas d'incident chimique, biologique, radiologique, nucléaire et explosif, une unité spécialisée composée des Forces armées canadiennes et de la GRC, est mise à contribution «pour s'assurer que la fouille se fasse de façon sécuritaire». Des policiers et des pompiers de Longueuil, de même qu'une ambulance, sont également présents.

«Il s'agit du dossier dans lequel des lettres contenant des substances hautement toxiques ont été envoyées à la Maison-Blanche et cinq autres lettres qui ont été envoyées à différents endroits dans l'État du Texas», a expliqué le caporal Poirier.

Les policiers refusent de confirmer de quelle substance il s'agit. Selon l'Associated Press, ces enveloppes contenaient de la ricine, un puissant poison.

Une voiture de police noire était stationnée non loin de l'édifice pendant plus d'une heure avant le début de l'opération, a décrit une jeune femme qui habite dans un édifice à logement voisin de celui où se déroule la perquisition.

Le véhicule aurait filé ensuite à vive allure avec sa sirène et ses lumières en direction de l'immeuble pour bloquer la rue. Elle a ensuite vu les nombreux véhicules d'urgence déployés.

«C'est un quartier assez tranquille», a décrit son copain «bouleversé», se demandant même s'il «a bien fait de déménager ici».

Les forces policières canadiennes ont été appelées à contribuer à l'enquête de la police fédérale américaine (FBI) lorsque les enquêteurs ont trouvé des preuves montrant que la lettre provenait du Canada.

Une photo de la lettre publiée par le réseau CNN laisse croire qu'elle aurait transité par Montréal, en raison du code postal du centre de tri.

Les policiers affirment que la suspecte est une femme qui a été arrêtée dimanche à Buffalo, dans l'État de New York, alors qu'elle tentait de franchir la frontière américaine depuis le Canada. Elle est présentement détenue aux États-Unis.

Ils disent ignorer si la suspecte vit dans ce logement, mais il y a «un lien clair» entre elle et l'adresse de la perquisition.

La GRC assure que les mesures nécessaires sont déployées pour assurer la sécurité des résidants. Les logements qui se trouvent à proximité de celui qui est fouillé ont notamment été évacués.