La vidéo, publiée sur un site Internet fréquemment utilisé par le groupe, correspond aux informations obtenues par l'Associated Press sur l'attaque.

L'État islamique détruit un autre site archéologique

Des extrémistes du groupe armé État islamique présents dans la ville antique de Hatra, dans le nord de l'Irak, ont détruit un important site archéologique en frappant à coups de masse dans les murs des bâtiments et en tirant à l'arme automatique sur des statues d'une grande valeur historique, montre une nouvelle vidéo.
Les djihadistes ont attaqué Hatra, dont les ruines sont inscrites au patrimoine mondial de l'UNESCO, le mois dernier, selon des responsables et des résidants de la région. L'étendue des dommages reste imprécise puisque la ville est toujours contrôlée par le groupe extrémiste.
La vidéo, rendue publique vendredi soir, montre un djihadiste sur une échelle qui utilise une masse pour frapper à répétition à l'arrière d'un visage gravé dans la pierre, jusqu'à ce qu'il tombe au sol et se brise en petits morceaux. Les images montrent aussi un combattant qui utilise une Kalachnikov pour tirer sur une autre statue, tandis que d'autres hommes détruisent d'autres sculptures sur des murs.
La vidéo, publiée sur un site Internet fréquemment utilisé par le groupe, correspond aux informations obtenues par l'Associated Press sur l'attaque.
L'un des djihadistes, qui s'exprime en arabe avec un accent typique des pays du golfe Persique, affirme que son groupe a détruit les vestiges historiques parce qu'ils étaient «idolâtrés à la place d'Allah».
Le groupe État islamique, qui contrôle un vaste territoire en Irak et en Syrie où il a proclamé son califat, a détruit à plusieurs reprises des lieux historiques qui violeraient son interprétation rigoriste de la loi islamique. Les autorités pensent aussi que les djihadistes auraient vendu des objets historiques sur le marché noir pour financer leurs activités.
Hatra se trouve à environ 110 kilomètres au sud-ouest de Mossoul, une grande ville du nord de l'Irak contrôlée par les djihadistes.