L’Est-du-Québec a été paralysé par la tempête pendant plus de deux jours.

L’Est-du-Québec se relève graduellement de la tempête

MATANE — Après avoir été paralysé pendant plus de deux jours, l’Est-du-Québec se relève lentement de la méga-tempête.

Samedi, la bombe météorologique avait commencé à se dissiper. Mais, elle aura causé des casse-tête à plusieurs automobilistes qui sont restés coincés parce que les autoroutes et les routes étaient fermées. 

Elle a été aussi lourde de conséquences pour les camionneurs qui n’ont pu assurer leurs livraisons et aux travailleurs qui devaient utiliser les services d’un traversier pour se rendre à leur lieu de travail.

Tard samedi soir, les entraves routières étaient toutes levées, à l’exception de rares tronçons de la route 132 en Gaspésie qui demeuraient fermés en raison de la visibilité qui était nulle. Au Bas-Saint-Laurent et sur le côté nord de la Gaspésie, la visibilité était encore parfois réduite ou nulle par endroits. Seul le sud de la péninsule jouissait d’une bonne visibilité. Aux Îles-de-la-Madeleine, la route 199 offrait une visibilité réduite. Sur la Côte-Nord, la situation était revenue à la normale. Dans l’ensemble, la chaussée était enneigée ou glacée, avec la présence de lames de neige en plusieurs endroits.

Cette tempête a laissé derrière elle d’abondantes accumulations allant jusqu’à 50 cm de neige par endroits. Environnement Canada a émis un avertissement de froid extrême pour la majeure partie de l’Est-du-Québec. Ces conditions polaires devraient affecter le Bas-Saint-Laurent, la Gaspésie et la Côte-Nord dimanche. En considérant le facteur éolien, le thermomètre pourrait descendre jusqu’à moins 38 par endroits. Ce temps glacial présente des risques élevés d’engelures et d’hypothermie.

Dans des conditions climatiques difficiles, les employés municipaux de la Ville de Rimouski ont réussi, samedi, à réparer la conduite d’eau potable qui fuyait depuis 24 heures. «Ça devenait vraiment critique, a admis le maire Marc Parent. Si la fuite n’était pas colmatée à 4h, la ville risquait de manquer d’eau. Les réservoirs étaient rendus vraiment bas. Heureusement, le problème a été réglé vers 3h.» 

La Ville demande aux citoyens de réduire au maximum leur consommation d’eau pour les deux prochains jours afin de permettre aux réservoirs de se recharger et d’atteindre leur niveau normal d’opération. D’ici là, il est possible que des baisses de pression soient observées dans différents secteurs de la municipalité.