Les trésors des Augustines s’exposent au public

Les trésors des Augustines s’exposent au public depuis jeudi dans leur monastère. L’exposition temporaire intitulée «Du grenier au musée», présentée jusqu’au printemps 2020, célèbre le 325e anniversaire de l’Hôpital général de Québec en même temps que l’annonce du classement comme biens historiques des objets de collection, livres anciens et du fonds d’archives de l’établissement.

«C’est la première exposition temporaire du Musée des Augustines et on a choisi de présenter certains objets patrimoniaux en plus de lever le voile sur les dessous de la muséologie. On explique justement comment un objet peut passer du grenier au Musée», indique Andréanne Cantin, responsable du Musée des Augustines.

Les lettres patentes de l’Hôpital général de Québec, signées par le roi Louis XIV, l’un des seuls documents manuscrits de Monseigneur de Saint-Vallier, deuxième évêque de Québec, ainsi qu’une paire de chaussures lui ayant appartenu font partie des artéfacts surprenants qui refont surface dans cette exposition.

On y retrouve également une œuvre du peintre Antoine Plamondon ainsi que le registre des naissances, décès et mariages de la paroisse Notre-Dame-des-Anges, qui remonte jusqu’à la Guerre de 7 ans. «Ce qui est intéressant, c’est qu’il s’agit du seul registre des soldats décédés durant cette guerre au Québec. C’est que l’Hôpital général de Québec était devenu un hôpital de guerre durant le conflit», explique Mme Cantin.

Pièces particulières

Objet faisant partie de l'exposition temporaire intitulée «Du grenier au musée»

L’exposition présente également des objets à restaurer, d’autres qui ne sont normalement pas montrés en exposition de façon à mieux expliquer le travail des archivistes et des conservateurs. On trouve aussi quelques objets insolites, notamment cette bouteille de pharmacie contenant... douze squelettes de vipères!

«C’est que les Augustines étaient aussi, à l’époque, des apothicairesses et qu’elles utilisaient ces serpents pour fabriquer des médicaments», précise Mme Cantin.

Sœur Hélène Marquis, mère supérieure des Augustines, a parlé d’un patrimoine exceptionnel d’importance nationale pour qualifier certaines des pièces présentées au public. La directrice générale du monastère des Augustines, Isabelle Duchesneau, a pour sa part souligné que c’est aussi le parcours d’une communauté religieuse et une partie de l’histoire du Québec et de la Nouvelle-France qui étaient présentées dans cette exposition.

+