Les travaux s'étendent sur seulement une centaine de mètres de la côte de la Montagne à la rue de la Barricade, en face du Musée de la civilisation. Mais l'exiguïté des rues environnantes cause des maux de tête aux usagers de la route.

Les travaux sur Dalhousie s'amorcent dans la crainte des grandes marées

Les travaux de branchement de la future place des Canotiers, rue Dalhousie, ont débuté lundi matin. Pendant une dizaine de jours, les automobilistes et les chauffeurs de poids lourds devront composer avec de nombreux détours pendant que la Ville conjugue avec les risques de débordement causés par les grandes marées.
«En temps normal, un chantier comme ça, c'est six à sept jours, mais compte tenu des impératifs de sécurité, on s'est donné dix jours», explique Jacques Perron, porte-parole à la Ville.
«On a un échéancier de travail du 11 au 20 avril, poursuit-il. Il faut tenir compte qu'on est dans la période des hautes marées. On est sur Dalhousie et ça implique qu'il peut y avoir du débordement. Il y en a eu vendredi dernier. Le fleuve est sorti de son lit et a envahi la chaussée.»
Si la situation décrite survenait, il faudrait évacuer la machinerie du secteur et les ouvriers des tranchées de quatre à six mètres qui seront creusées. Des pompes retireraient l'eau de l'excavation.
Les travaux s'étendent sur seulement une centaine de mètres de la côte de la Montagne à la rue de la Barricade, en face du Musée de la civilisation. Mais l'exiguïté des rues environnantes cause des maux de tête aux usagers de la route. 
Le lien routier est maintenu pour les 10 000 à 12 000 automobilistes quotidiens grâce à des détours prévus dans les rues avoisinantes. Pour le transport lourd, le secteur est tout simplement proscrit. «La configuration de ces rues ne permet pas à des véhicules de gros gabarit de circuler ou de prendre la côte de la Montagne. Ils doivent passer par le secteur nord de la ville [Henri-IV, Duplessis, Capitale].»
Le chantier a aussi des impacts sur les usagers de la Traverse Québec-Lévis. Pour les clients du RTC, les parcours d'autobus 1, 1A et 21 ne sont pas accessibles à la sortie de la gare fluviale de Québec. Ils devront marcher jusqu'à des arrêts temporaires aménagés. Les usagers de la station Cap-Blanc doivent emprunter une navette identifiée RTC.
Tous les commerces et les restaurants du secteur demeurent accessibles le temps des travaux.