Les travaux d’élargissement de l’autoroute Henri-IV sont maintenant suspendus pour la période hivernale. Trois voies de circulation sont ouvertes aux usagers circulant en direction nord, entre l’autoroute Félix-Leclerc et l’avenu Chauveau.

Les travaux d’élargissement de l’autoroute Henri-IV avancent comme prévu

Les travaux du projet d’élargissement de l’autoroute Henri-IV vont bon train, l’échéancier et le budget sont respectés. Près de 33 % des travaux seront menés à terme avant la pause hivernale.

«Cent mille véhicules passent sur ce tronçon jour après jour, avec les mesures d’atténuation, en grande surprise, il y a eu 20 % de véhicules de moins sur Henri-IV cet été. On a réussi à influencer les automobilistes à prendre d’autres axes routiers», soutient le ministre des Transports, François Bonnardel, dans le cadre d’une visite de chantier.

Il rappelle surtout l’importance de ce projet pour la ville de Québec, la plus importante restructuration depuis les 10 dernières années, selon lui. Il en coûte 291 millions $ pour tout mettre sur pied, 128 millions $ de ce montant sont d’ailleurs assurés par le gouvernement fédéral. 

«Les gains, c’est plus de fluidité et moins de congestion. La configuration du réseau ici à Québec a été mise en place dans les années 70, ce n’était pas le besoin des automobilistes aujourd’hui. La configuration sera bien différente de ce que les automobilistes auront connu.»

Autre que l’effondrement d’une structure en août dernier qui avait blessé trois travailleurs, le chantier n’a révélé aucune surprise. 

«Ça roule bon train, on se croise les doigts», a commenté le ministre en soulignant le travail «hors pair» des équipes. 

Le ministère demeure en communication avec la Ville de Québec et les municipalités pour être au fait de tout problème ou désagrément que le chantier pourrait créer. Le bruit est toujours un enjeu lorsqu’on travaille près des quartiers résidentiels. Pour ce faire, le ministre adapte notamment son horaire de travail en conséquence.

Sur la bonne voie

Trois voies de circulation sont maintenant ouvertes aux usagers circulant sur l’autoroute Henri-IV en direction nord, entre l’autoroute Félix-Leclerc et l’avenu Chauveau. La bretelle d’accès à l’avenue Chauveau compte d’ailleurs deux voies de circulation.

Pour l’autoroute Henri-IV, on a notamment aménagé une chaussée en béton de près de 1,5 km. La configuration de certains échangeurs a été revue et il y a eu reconstruction complète de certaines bretelles.

Dans le secteur de l’autoroute Félix-Leclerc, certains travaux ont même été finalisés un an plus tôt que prévu.

Les travaux sont maintenant suspendus pour la période hivernale, ils reprendront en 2020.

Plusieurs agrandissements de voies et de bretelles temporaires sont déjà aménagés sur le réseau routier afin de permettre un début des travaux plus rapide au printemps. Les travailleurs auront déjà l’espace nécessaire pour exécuter les tâches.

Pour l’an prochain, la majorité des travaux seront réalisés sur l’autoroute Henri-IV en direction nord, entre l’autoroute Charest et l’autoroute Félix-Leclerc. Les autres travaux s’échelonneront jusqu’en 2023.

+

Le chantier en chiffres jusqu’à maintenant

Équipements installés:

  • 26 tours d’éclairages
  • 62 lampadaires
  • 16 portiques de signalisation
  • 6 ponts d’étagement construits ont necessité :
  • 13 000 mètres cubes de béton
  • 900 tonnes d’acier d’armature
  • La superficie couvertes par les chaussées de béton représente 11 terrains de football canadien. 
  • Au total, près de 100 000 tonnes d’enrobé bitumineux ont été utilisées.

+

TROISIÈME LIEN: LE FÉDÉRAL AURA BIENTÔT TOUS LES PAPIERS EN MAINS

Sur la question du troisième lien entre Québec et Lévis, le député de Québec Jean-Yves Duclos reste prudent. S’il ne se prononce pas sur la nécessité du projet, il dit avoir hâte de consulter tous les documents préparés par la Coalition avenir Québec (CAQ).

«J’ai hâte d’en savoir davantage, et je pense que toute la population a hâte. On va laisser le gouvernement faire son travail important», a-t-il seulement mentionné lors d’un point de presse sur le chantier du projet d’élargissement de l’autoroute Henri-IV.

Pendant la campagne électorale, les libéraux se sont fait reprocher à maintes reprises de ne pas reconnaître l’existence du projet du troisième lien. Leur position face au projet n’a pas non plus été connue, quant à savoir s’ils étaient pour ou contre le tunnel reliant Québec et Lévis. Ils souhaitaient voir plus de documents avant de se positionner et faire des promesses de financement.

«Je pense qu’il le sait que le projet existe, l’étape suivante va être encore importante, avant 2020 on va être capable de donner tous les outils au Conseil du Trésor», a indiqué le ministre des Transports du Québec, François Bonnardel.

M. Duclos agit maintenant en tant que président du Conseil du Trésor du Canada. 

«Je ne suis pas du tout inquiet, on va répondre à toutes les interrogations ou problématiques que certains pourraient avoir. Ça suit son cours, on travaille extrêmement fort au bureau de projet pour être capable de donner tous les outils que le fédéral nous demanderait pour obtenir le financement adéquat», a ajouté M. Bonnardel. 

Le ministre des Transports a aussi rappelé que le troisième lien s’inscrit dans le futur visage du transport collectif, tout comme le tramway de Québec.

«Le Réseau structurant, le tramway et le tunnel Québec-Lévis vont changer la donne pour le transport collectif énormément pour les 10 prochaines années, même plus.» Judith Desmeules