Le Ford Explorer «Police Interceptor Utility 2021
Le Ford Explorer «Police Interceptor Utility 2021

Les policiers de Québec craquent pour les gros bolides

Baptiste Ricard-Châtelain
Baptiste Ricard-Châtelain
Le Soleil
Les gros bolides ont la cote auprès des policiers de Québec. La flotte du SPVQ vient d’enfler d’une trentaine de véhicules supplémentaires, tous des Ford Explorer «Police Interceptor Utility 2021». Une commande de 2 millions $.

Le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) est en pleine restructuration. Au coeur de la refonte se trouvent la nouvelle centrale qui sera érigée dans Charlesbourg ainsi qu’un poste satellite tout neuf dans le quartier Saint-Roch. Un projet qui est passé de quelque 40 millions $ à 124 millions $ au fil des ans, au fil des ajouts et des extras.

Cette rénovation du SPVQ touche aussi les horaires de travail, fait remarquer l’agent aux communications Pierre Poirier. «Suite à la réorganisation, il y a eu un redéploiement des effectifs sur le territoire avec plus de patrouilleurs à des périodes précises.»

Plutôt que les trois quarts de travail habituels jour-soir-nuit, il y en a plus en cours de journée, à des heures variables. Cela pour assurer une présence accrue durant les pointes.

Il fallait donc plus de véhicules pour le «Processus de surveillance du territoire», plaide-t-on dans un document remis aux élus pour expliquer l’achat de 2 millions $.

À l’hôtel de ville, le chef d’équipe aux communications David O’Brien ajoute : «Il s’agit d’un achat qui s’inscrit dans la croissance de la flotte en évolution avec les besoins opérationnels, avec une addition nette de 30 véhicules à la flotte et du remplacement de 2 autos-patrouilles en fin de vie utile», nous écrit-il. «L’évolution des besoins opérationnels du SPVQ veut dire que dans ce cas-ci, les 30 nouveaux véhicules sont acquis afin de répondre aux besoins en ressources véhiculaires qui évoluent pour mener à bien les opérations de surveillance du territoire.»

Un seul modèle

Un appel d’offres a donc été lancé. Mais le SPVQ ne voulait pas n’importe quelle voiture, pas les Ford Taurus que nous voyons le plus souvent dans les rues (un modèle qui ne serait plus disponible). Seul le Ford Explorer «Police Interceptor Utility 2021» lui plaisait. En version V6 hybride à traction intégrale. Précis.

Deux concessionnaires Ford ont soumissionné. Desjardins Auto Collection de la rue du Marais a raflé la mise : 1716 608,00 $ plus les taxes pour 30 unités «Blanc Oxford» et 2 «Noir Agate», lit-on dans les documents municipaux.

La dépense n’est cependant pas terminée : «La somme de 2 M$ concerne l’achat des véhicules uniquement», précise David O’Brien. «L’installation de la signalisation d’urgence (gyrophares, etc.) se fera dans le cadre d’un autre appel d’offres à venir.»

Combien d’autos-patrouilles?

Au fait, en additionnant la trentaine de camions achetés récemment, le SPVQ comptera combien de véhicules?Nous pensions que la question était simple, mais nous ne pourrons vous fournir une réponse claire. C’est un secret, semble-t-il.

«Pour des raisons de sécurité publique et opérationnelles, nous ne pouvons dévoiler le nombre total de véhicules qui font partie de la flotte du SPVQ», répond David O’Brien.

«Pour des raisons de sécurité publique et opérationnelles, on ne dévoile pas le nombre total», réitère l’agent Pierre Poirier.

En 2015, le SPVQ disait ouvertement qu’il possédait 135 voitures pour la patrouille.

En novembre dernier, au cours de la présentation publique du plan de la réorganisation du SPVQ, on indiquait que le nouveau quartier général abritera environ 245 stationnements pour les autos du service.

Les policiers de la capitale possèdent déjà 17 VUS hybrides. Il a aussi 6 voitures électriques.