Depuis 2014 et jusqu'à l'annonce d'une entente de principe, le 24 juin dernier, les policiers portaient des pantalons de camouflage pour protester contre la loi qui a imposé des changements à leur régime de retraite.

Les policiers de Montréal adoptent l'entente de principe avec la Ville

Les policiers et policières de Montréal ont adopté, jeudi, l'entente de principe avec la Ville de Montréal portant sur la convention collective et le régime de retraite pour la période allant du 1er janvier 2015 au 31 décembre 2021.
Plus de 95 % des votes exprimés l'ont été pour l'entente. Le taux de participation a été de 80,1 % selon le communiqué de presse publié en soirée par la Fraternité des policiers et policières de Montréal.
«C'est une bonne entente pour les deux parties, une entente négociée, une entente gagnant-gagnant», a déclaré le président de la Fraternité, Yves Francoeur, qui n'a pas l'intention de formuler d'autres commentaires.
Le maire de Montréal, Denis Coderre, a aussi publié un communiqué dans lequel il s'est dit heureux du résultat : «L'entente nous permettra d'offrir des conditions de travail qui reflètent les défis inhérents au travail des policiers et policières, particulièrement dans le contexte de la métropole. C'est aussi la fin des moyens de pression liés au dossier des régimes de retraite. Ce sont de bonnes nouvelles pour les Montréalais.»
«Les modalités de l'entente de principe permettront au SPVM de consolider les services aux citoyens et de rendre plus efficientes certaines pratiques, notamment dans la gestion de la circulation aux abords des chantiers de construction», a ajouté le maire Coderre.
Depuis l'annonce d'une entente de principe, le 24 juin, les policiers de la métropole ont revêtu leur uniforme réglementaire après trois ans de moyens de pression. Depuis 2014, les policiers portaient des pantalons de camouflage pour protester contre la loi qui a imposé des changements à leur régime de retraite.