Alors que Québec continuait à se préparer pour le G7, mardi, le groupe de passionnés d’aviation YQB Aviation prenait la difficile décision, conjointement avec les autorités policières, de cesser la diffusion de ses «Alertes spotting» en lien avec la tenue du G7.

Les observateurs d’avions se feront plus discrets

Les groupes d’observateurs d’avions de la capitale ont décidé d’opter pour la discrétion et de ne plus diffuser d’information sur les aéronefs qui doivent bientôt se poser à l’Aéroport Jean-Lesage en prévision du sommet du G7.

YQB Aviation, un groupe de passionnés d’aviation qui existe depuis une dizaine d’années, a diffusé sur sa page Facebook mardi un message indiquant qu’il avait pris la difficile décision, conjointement avec les autorités policières, de cesser la diffusion de ses «Alertes spotting» en lien avec la tenue du G7.

«Normalement, quand on sait qu’un avion spécial va se poser, on publie l’information pour que les gens aillent voir et puissent prendre des photos. Nous avions déjà fait quelques publications en prévision du G7, des avions qui allaient arriver sans dignitaire à bord», raconte Martin Couturier, fondateur de YQB Aviation.

Visite de la GRC

M. Couturier a toutefois reçu récemment la visite des agents de la Gendarmerie Royale du Canada (GRC). «Je crois qu’ils ont infiltré notre groupe, car ils savaient vraiment beaucoup de choses!» lance-t-il. «Ils ont été très corrects, ils voulaient savoir comment nous faisions pour avoir les informations qu’on diffusait, alors nous leur avons donné un petit cours 101 sur les différents outils que nous utilisons», poursuit-il, ajoutant qu’il savait que les policiers avaient aussi rencontré d’autres groupes similaires.

«Ils nous ont demandé d’éviter de publier des renseignements. On a décidé d’aller dans ce sens, car je m’attendais à recevoir une autre visite si je continuais à publier des informations concernant la venue de visiteurs spéciaux pendant le G7», explique Martin Couturier.

Photos permises

Celui-ci précise cependant que l’observation d’avions et la prise de photos sont toujours permises autour de l’Aéroport Jean-Lesage. «Les policiers n’ont aucun problème à ce qu’on prenne des photos quand les avions sont au sol. De toute manière, on s’entend qu’un 747 à Québec, ça ne passe pas inaperçu!» indique-t-il. 

Il assure donc que son groupe et lui continueront de publier des images des avions particuliers qui se poseront à Québec au cours des prochains jours.

Les planespotters ne seront pas non plus chassés du secteur de l’aéroport. «L’accès à l’aéroport n’est pas restreint, il est toujours possible de regarder les avions et de les photographier. Par contre, les policiers seront plus présents en prévision du G7 et il se pourrait qu’ils demandent aux observateurs d’avions de s’identifier», conclut M. Couturier.