Rien n'indique que les libéraux élargiront à Uber le modèle qu'ils veulent créer avec Airbnb.

Les multiples visages d'Uber

L'entreprise technologique américaine Uber, qui développe des applications liées au transport, fait beaucoup jaser depuis quelques mois. Il faut cependant distinguer les différents services offerts par l'entreprise.
À Montréal, par exemple, l'entreprise offre les services UberSélect, grâce auquel des chauffeurs de voiture de luxe sont disponibles pour un prix de base de 5 $ auquel s'ajoute un tarif de 0,40 $ la minute et 2,40 $ du km; UberXL avec des chauffeurs de véhicule utilitaire sport pour 5 $ plus 0,35 $ la minute et 1,35 $ du km; et UberTaxi, un service de référence en collaboration avec des propriétaires de permis de taxi. 
C'est cependant le service UberX, présenté comme «des voitures de tous les jours pour un usage quotidien, plus simple et plus fiable qu'un taxi pour un prix comparable» qui fait grincer des dents les compagnies de taxi. Ce service est le seul offert par Uber dans la ville de Québec pour un prix de base de 2,75 $, plus 0,40 $ la minute et 0,90 $ du km. 
Ailleurs dans le monde, Uber diversifie encore plus ses activités avec notamment des services de coursiers et de transport de colis. Il y a quelques jours, l'entreprise a aussi annoncé vouloir mettre au banc d'essai UberEats, un nouveau service de livraison de repas plus élaboré que ses produits existants.