Pour le web, chez les adultes, Facebook trône au sommet des réseaux sociaux les plus consultés pour accéder à de l'information journalistique (39 %). 

Les jeunes n'ont pas peur des fausses nouvelles

Malgré le risque élevé de fausses nouvelles, le Web et les réseaux sociaux comme Facebook sont les moyens les plus utilisés chez les jeunes adultes de 18 à 24 ans (95 %) pour s'informer.
Selon une étude réalisée par le Centre facilitant la recherche et l'innovation dans les organisations (CEFRIO), 7 adultes sur 10 utilisent hebdomadairement Internet comme source d'information. Cette donnée représente une augmentation de 18 points comparativement à celle de 2012, note l'organisme dans un communiqué.
«L'information journalistique et les nouvelles sont de plus en plus accessibles et proviennent maintenant de sources très diversifiées et, parfois, à la crédibilité douteuse. Or, les jeunes qui fréquentent en majorité les réseaux sociaux pour s'informer doivent rester vigilants face au phénomène des fausses nouvelles, qui sont de plus en plus présentes partout dans le monde», prévient Claire Bourget, directrice principale de la recherche marketing au CEFRIO.
Pour l'ensemble des Québécois, toujours selon l'enquête NETendances 2016, la première source d'information demeure la télévision. Pour le Web, chez les adultes, Facebook trône au sommet des réseaux sociaux les plus consultés pour accéder à de l'information journalistique (39 %) de façon hebdomadaire, suivi par YouTube (15 %), Google + (12 %) et Twitter (7 %).
«Le modèle d'affaires des médias de type traditionnel est sous pression. Ceux-ci voient leurs revenus publicitaires diminuer d'année en année, alors que la population se tourne massivement vers le Web pour s'informer» avance Mme Bourget. 
Jeudi, La Presse annonçait notamment mettre fin complètement au papier dès 2018.
L'enquête du CEFRIO affirme également qu'environ les deux tiers (66 %) des adultes québécois suivent l'information en temps réel sur Internet. Cette proportion augmente à 84 % chez les 18-24 ans.