Les grands excès de vitesse en chute libre

Il était 3h du matin, dans la nuit de mardi à mercredi, quand un policier de la Sûreté du Québec a capté sur son radar une voiture Nissan «sport» qui filait à environ 240 km/h sur l’autoroute 40, à Donnacona.

Le conducteur de 23 ans, de Pont-Rouge, a été intercepté par les policiers de la Sûreté du Québec de la MRC de Portneuf. Il a reçu une contravention de 2565 $ et 30 points d’inaptitude. Son véhicule a été remorqué et son permis a été suspendu 7 jours.

Ceux qui se sont fait dépasser à toute vitesse par des chauffards ou ont eu vent d’interceptions similaires dans les médias peuvent être tentés de croire que les grands excès de vitesse augmentent au Québec.

En fait, c’est le contraire: ils sont en chute libre.  

Selon une compilation des plus récentes données de la SAAQ, les grands excès de vitesse ne cessent de diminuer sur les routes du Québec depuis 2008, année où les amendes et les points d’inaptitude ont doublé pour ce type d’infraction. 

Cette année-là, 17 844 infractions pour grands excès de vitesse avaient été enregistrées dans la province. En 2016, la dernière année compilée, il y en a eu 4439, soit une diminution d’environ 75%. 

Ces dernières années, la Sûreté du Québec et la SAAQ, notamment, ont multiplié les messages de sensibilisation à propos des grands excès de vitesse et des sanctions plus salées qui les accompagnent.

La stratégie semble avoir porté ses fruits. «La notion est sûrement comprise davantage» du grand public, dit Gino Desrosiers, porte-parole de la SAAQ. «C’est un reflet en même temps du bilan routier.»

Le bilan routier a effectivement continué de s’améliorer sur les routes du Québec, le nombre d’accidents mortels étant plus bas en 2017 que la moyenne des cinq dernières années. 

La SAAQ révélait toutefois mardi que 2017 a été une année plus difficile que l’an dernier en ce qui a trait aux nombres de décès et de blessés graves, alors que 13 décès de plus ont été enregistrés qu’en 2016 et que le nombre de blessés graves a augmenté de 28.

Chez les jeunes de 15 à 24 ans, notamment, le nombre de décès a augmenté de 63,0 % par rapport à 2016. 

4300 infractions par année

Bien qu’ils chutent d’année en année, les grands excès de vitesse continuent tout de même d’atteindre plus de 4300 infractions annuelles. Une donnée inquiétante, sachant que, chaque année, la vitesse tue environ 175 personnes et en blesse près de 9000 autres sur les routes du Québec. 

«Personne, pas même un bon conducteur au volant d’un bon véhicule, ne peut rouler plus vite sans augmenter le risque d’accident pour lui comme pour les autres usagers de la route», indique la SAAQ sur son site. 

Une vitesse plus élevée augmente la distance d’arrêt et la violence des chocs et réduit la maîtrise du véhicule dans une courbe et le champ de vision.

Environ 60% des contraventions remises pour excès de vitesse l’étaient pour des excès de 21 à 30 km/h au-dessus de la limite permise.

Les grands excès de vitesse comme celui qui a été constaté à Donnacona sur l’autoroute 40 sont toutefois rares. De 2008 à 2016, la SAAQ recense seulement cinq cas de conducteurs interceptés après avoir roulé à une vitesse entre 240 et 249 km/h dans une zone de 100 km/h.