Illustration du futur tramway de Québec

Les gens d’affaires de Québec à 61% pour le projet de tramway

Les membres de la Chambre de commerce et d’industrie de Québec (CCIQ) sont favorables à 61 % au réseau structurant de transport en commun (RSTC) présenté par la Ville de Québec. Ce taux est légèrement supérieur à l’appui mesuré dans la population.

Les résultats du sondage Léger commandé par la CCIQ ont été rendus publics mardi matin. Sur les 4500 membres de l’organisation sollicités entre le 19 et le 21 avril, 474 ont pris la peine de répondre. Alors que 61 % des répondants approuvent le grand projet de transport collectif, 27 % sont défavorables, 7 % sont indifférents et 5 % ne se sont pas prononcés.

En excluant les personnes qui n’avaient pas une opinion tranchée, Léger calcule que l’appui grimpe à 70 %. 

Caroline Roy, vice-présidente de la firme de sondage et associée du bureau de Québec, considère qu’il s’agit de «très bons résultats», d’un appui «clairement majoritaire» au RSTC, qui combine un tramway de 23 kilomètres, un trambus de 17 kilomètres et des parcours réguliers redessinés. D’autant qu’il y a pratiquement toujours 25 à 30 % de gens défavorables à Québec, peu importe l’enjeu, précise-t-elle en entrevue téléphonique. 

Dans la partie du sondage destinée aux commentaires, des répondants ont fait valoir que la bonification du transport au commun allait améliorer la fluidité de la circulation. 

De plus, 73 % des gens d’affaires considèrent que le RSTC va probablement ou certainement favoriser le développement de la région de Québec. Une petite majorité (53 %) pense que l’accessibilité à leur entreprise va augmenter et une grosse minorité (48 %) que la main-d’œuvre sera davantage attirée. 

«Ce sont des pourcentages très forts sachant qu’un réseau ne peut pas répondre à tous les besoins», souligne Mme Roy. Les appuis augmentent d’ailleurs considérablement dans l’arrondissement La Cité-Limoilou, qui sera bien desservi par le tramway et le trambus. 

En mars, un sondage auprès de 1431 répondants, réalisé par SOM pour le FM93, révélait un taux d’appui de 56 % dans la population. Le maire Régis Labeaume s’en était réjoui. 

«Très crédible»

La présidente de la CCIQ, Julie Bédard, est aussi satisfaite de voir que les membres partagent la position exprimée publiquement par l’organisation. Même à 10 %, le taux de réponse la satisfait puisqu’il se compare aux pourcentages obtenus par d’autres organisations et sur d’autres thèmes. «C’est très crédible en termes de résultats», dit-elle. 

Comme elle s’y est engagée, la Chambre travaillera maintenant à informer ses membres sur le mégaprojet et à minimiser les impacts pour les entreprises pendant la construction. 

La représentante de Léger ne peut prédire l’évolution des appuis au RSTC dans le futur, mais elle fait remarquer que les communications entourant le projet ont une grande importance. Caroline Roy dresse un parallèle avec le dossier de l’amphithéâtre qui a toujours joui de l’appui des citoyens de Québec : «On a expliqué le pourquoi du projet et les gens ont pu le suivre jusqu’à sa réalisation.»

«Soixante-dix pour cent des gens sont favorables, je pense que ça va ben», a commenté Régis Labeaume, en marge d’un point de presse. Pour arriver à ce pourcentage, le maire de Québec exclut du calcul les répondants qui n’ont donné aucune opinion. «Je ne sais pas ce qu’on peut espérer plus. C’est exceptionnel. Je ne m’attendais pas à un résultat aussi haut que ça.»  Avec Jean-François Néron